ENSA Paris-Malaquais > Études > Départements

Départements

Six départements interdisciplinaires rassemblent des groupes d’enseignants sur des problématiques distinctes.

Objectifs des départements

L’idée de constituer des groupes d’enseignants de plusieurs disciplines mais partageant un point de vue commun sur l’architecture s’est concrétisée à Paris-Malaquais sous la forme de départem …

en savoir plus...

L’idée de constituer des groupes d’enseignants de plusieurs disciplines mais partageant un point de vue commun sur l’architecture s’est concrétisée à Paris-Malaquais sous la forme de départements. Ces départements définissent les enseignements proposés aux étudiants dans les cycles licence et master. Année après année, ils font évoluer ces enseignements afin de les mettre en résonance avec une réalité en évolution, celle de nos environnements bâtis et des technologies associées. Ces départements dépassent la division entre les disciplines ou les visions étroites de la spécialisation. Ils se fondent sur une problématique explicite appuyée sur la recherche et une équipe dont la compétence est reconnue.

La structure en départements répond aux objectifs suivants :

  • constituer des groupes cohérents, actifs et motivés consacrant leur énergie à une réflexion prospective susceptible d’entraîner les étudiants. Les départements se forment à partir d’axes de recherche et de réflexion ainsi que d’objectifs d’enseignement.
  • rapprocher la recherche de l’enseignement : instaurer une proximité quotidienne entre chercheurs, enseignants et étudiants  ; accueillir des étudiants en 3e cycle ; permettre des retombées fructueuses des contenus de la recherche ou de la réflexion théorique ou doctrinale dans l’enseignement.
  • rapprocher les moyens de la production et regrouper les énergies autour de tâches productives telles que la diffusion de la recherche, la valorisation et la publication (revue interne, colloques), les stages, etc.
  • construire les échanges internationaux et le rayonnement de l’école. Le département constitue une entité capable d’initiative dans l’organisation des contenus et des manifestations qui forment la vie de l’école. Il peut développer des relations avec d’autres institutions (universités, organismes de recherche, collectivités locales). Outre les échanges qu’il peut établir de manière durable avec d’autres institutions françaises ou étrangères, chaque département peut prendre à tour de rôle, pour un semestre ou une année, la responsabilité d’accueillir à l’école un professeur invité, ou de construire une session intensive et alimenter ainsi un débat permanent au sein de l’école.

Art Architecture Politique (AAP)

Responsable : Anne Debarre et Yann rocher Si l’architecture est au cœur de nos préoccupations, et comme phénomène conceptuel, et comme champ (pratique & théorique), et comme opératrice de réel, et comme obje …

en savoir plus...

Responsable : Anne Debarre et Yann rocher

Si l’architecture est au cœur de nos préoccupations, et comme phénomène conceptuel, et comme champ (pratique & théorique), et comme opératrice de réel, et comme objet critique, nous intensifions ses dimensions artistiques & politiques.

Intensivement, l’œuvre d’art s’adresse à chacun, extensivement, l’action politique implique tout un chacun.
De l’une à l’autre, des sociétés, des architecture qui s’intercalent, non comme solution, mais en questions :
Quel mur ne ferait pas écran ?
Quelle cellule libérerait le domestique ?
A quelle société coopérer ?
Quel toit pour toutes et tous ?
Quelle pauvreté en pays riche ?

Arts de faire, nos particularités ressortent de nos manières politiques de produire l’architecture (montage, programme, distribution du travail et des responsabilités, formes des présentations…) & de nos façons artistiques de signifier l’architecture (fiction, performance, méthode, théorie).

Nous prospectons d’autres voies dans la conception, la production, l’expérience et l’enseignement de l’architecture.

Tout en produisant de l’architecture non dogmatique, nous explorons ses méthodes de conception, ses participations à l’histoire, les sociétés qu’elle suppose, ses élaborations fictionnelles, ses performances (artistiques ou techniques), ses expérimentations, ses versions imaginaires, ses attendus et ses succès.

Digital Knowledge (DK)

Responsable : Christian Girard www.dk-digital-knowledge.com Le département Digital Knowledge regroupe des enseignants architectes, ingénieurs, architectes-ingénieurs, théoriciens et historiens de l’architecture …

en savoir plus...

Responsable : Christian Girard

www.dk-digital-knowledge.com

Le département Digital Knowledge regroupe des enseignants architectes, ingénieurs, architectes-ingénieurs, théoriciens et historiens de l’architecture. Il vise à donner la comprehension historique, théorique et pratique de la mutation numérique actuelle et à doter ses enseignements des moyens techniques adéquats.

DK dispense des cours, des studios de projet et un séminaire adaptés à l’ère de la computation. DK organise les Intensifs Numériques, en 1ere et 2ème année du cursus, pour initier tous les étudiants à l’algorithmique et aux moyens techniques de CFAO (logiciels avancés, BIM, robotique), leur permettant d’acquérir un savoir opérationnel. Etablir une pensée de l’architecture computationnelle au sein d’une époque elle-même computationnelle est l’objectif premier du département.

Croisant des questions de théorie de l’architecture d’inspiration philosophique, de morphologie, de fabrication numérique, d’algorithmique et de robotique, cette pensée est par nature générique et transdisciplinaire. Les studios de projet sont des lieux de recherche où les conditions de développement des technosciences et du capitalisme contemporain sont le premier contexte auquel l’architecture doit répondre. Envisagé ni comme fiction ni comme imitation de la production architecturale standard, le projet devient une expérience concrète donnant lieu à la production de prototypes et modélisations.

Avec une forte ambition théorique et pratique, DK encourage une refonte radicale des politiques d’enseignement de l’architecture qui mesure l’importance désormais décisive des équipements matériels et logiciels pour affronter les enjeux actuels de nos sociétés. De la Licence au diplôme A.D.E., avec un séminaire de Master sur La Connaissance Computationnelle, le département, avec ses partenaires institutionnels et privés, repousse les limites de la discipline par l’investigation de processus morphologiques et morphogénétiques qui engagent l’architecture sur d’autres rapports avec la réalité dans laquelle elle s’insère et sur laquelle il lui faut produire des effets concrets.

L’action de DK se situe dans une perspective d’échanges et de rayonnement internationaux comme seuls gages authentiques d’évaluation et d’avancement.

 

Pratiques Architecturales, Situations et Stratégies (PASS)

Responsable : Xavier Gonzalez De l’utopie à la stratégie, les conditions contemporaines du projet La mission principale du département PASS est de former des architectes professionnels, aptes tant à pratiquer leur …

en savoir plus...

Responsable : Xavier Gonzalez

De l’utopie à la stratégie, les conditions contemporaines du projet

La mission principale du département PASS est de former des architectes professionnels, aptes tant à pratiquer leur discipline dès l’obtention du Master qu’à s’engager intellectuellement dans les réflexions et débats autour de l’architecture et de la ville.

Cette responsabilité professionnelle et intellectuelle suppose un niveau de connaissances théoriques et des compétences pratiques élevé.

Autour d’un titre commun, « l’utopie du réel », nous nous engageons à former collégialement des architectes capables de s’impliquer dans des problématiques contemporaines toujours plus complexes tout en assumant la dimension expérimentale et exploratoire inhérente au projet d’architecture : aborder à la fois le réel et son double utopique, avers et revers d’une même pièce, le projet.

À quoi sert l’utopie ? À cheminer en s’arrachant au présent, à déposer ne serait-ce qu’un instant le fardeau d’un réel trop prévisible pour s’en détacher. Comme le souligne le philosophe Clément Rosset, les hommes s’échinent toujours à penser le réel en double, avec la vague idée qu’il soit un peu différent de ce qu’il est vraiment – en somme à faire des projets.

L’architecture a besoin de distance pour poser son regard sur le réel, et sans rapport au réel l’utopie ne serait qu’une fable consolatrice.

Faisant notre ce paradoxe, nous confrontons  la dimension expérimentale des sujets proposés à des situations ou des réglementations « réelles » : densité, PLU, programmes, données environnementales, outils, questions d’actualité, etc.

Les 3 axes thématiques principaux développés sont :

  • L’habitabilité des territoires (paysage, densité, ville durable), une thématique « gigogne » qui favorise une approche de « zoom et dézoom » et aborde toutes les échelles depuis l’espace public et le paysage, jusqu’à la programmation et la distribution intérieure.
  • l’hybridation des programmes qui pose la question du générique et du spécifique en architecture, et de la taille de l’édifice : la ville peut elle être un édifice ? Une mégastucture ? L’hybridation des programmes est-elle davantage qu’une réponse, architecturale ou programmatique ?
  • l’analyse des situations et mise en place d’une stratégie de projet à partir d’un processus.La mise en place de l’incipit peut être la première étape du processus de conception. Comme dans une œuvre littéraire, il informe en mettant en place la contextualité c’est à dire les lieux, les personnages et la temporalité du projet. Si l’architecture ne peut s’imaginer sans matière, ni sans pensée, elle ne peut non plus s’envisager sans sa représentation. Aussi la parfaite maîtrise des outils du dessin est-elle fondamentale car ces outils doivent être en cohérence avec le récit.

Théorie, Histoire, Projet (THP)

Responsable : Luca Merlini et Gilles Delalex Socle La trilogie Théorie/Histoire/Projet représente le socle de l’action de l’architecte. Le projet emprunte à l’histoire et à la théorie. L’histoire opère à t …

en savoir plus...

Responsable : Luca Merlini et Gilles Delalex

Socle
La trilogie Théorie/Histoire/Projet représente le socle de l’action de l’architecte. Le projet emprunte à l’histoire et à la théorie. L’histoire opère à travers son regard sur les théories et les projets. Enfin, la théorie – les théories – s’immisce(nt) dans la pensée du projet comme dans la construction critique de l’histoire. Théorie, histoire et projet forment un ensemble essentiel dont la structure constitue l’objet des recherches et des enseignements des membres du département.

Positions
Ni figé, ni stable, cet ensemble est au contraire dans un mouvement continu, condition propre aux enjeux de notre société qui impliquent que toute action soit simultanément savante et expérimentale. Savante parce que l’ouverture de toute nouvelle piste de l’architecture repose sur la connaissance critique du « déjà fait ». Expérimentale parce qu’intuition et essais prospectifs restent des outils indissociables de la discipline architecturale et du projet de l’environnement construit à tous ses stades. Conception comme concrétisation supposent d’embrasser un large spectre de préoccupations : le département THP s’intéresse aux prises de position et aux idées, aux avants et aux devenirs, à la diversité des programmes et des échelles, au poids des matières physiques ou économiques, aux mondes fictionnels ou numériques, aux possibles réponses face aux fragilités du monde.

Objectifs
THP est un département ouvert et multiple : s’il n’est propriétaire d’aucune doctrine ou « matière d’architecture », sa vocation est d’en explorer librement les raisons et les méthodes, d’anticiper leur devenir et d’en assurer la transmission auprès des étudiants. Le département THP a pour attente que les étudiants acquièrent l’usage critique d’une culture de référence et d’outils de conceptualisation dans leur démarche, et traduisent celle-ci avec cohérence dans leur projets et recherches, y compris dans leur représentation spatiale, constructive, graphique et écrite.

THP a pour volonté de faire fructifier son ouverture sur le monde dans le cadre de l’ENSAPM à travers ses enseignements dans tous les cycles et la recherche, mais aussi par l’organisation de voyage d’études et d’expositions, par l’invitation de personnalités les plus investies dans les domaines, sans préjugés disciplinaires, qui concernent les architectes, par ses liens avec des institutions nationales ou internationales.

Par ses principes fondateurs et son domaine d’intérêts, THP est un département en état de recherche permanente.

TransitionS

Responsable : Robert Leroy Ce département instruit et participe, dans un esprit d’interdisciplinarité, à nourrir l’imaginaire technique du concepteur. Il se centre sur les cultures constructives pour s’i …

en savoir plus...

Responsable : Robert Leroy

Ce département instruit et participe, dans un esprit d’interdisciplinarité, à nourrir l’imaginaire technique du concepteur.

Il se centre sur les cultures constructives pour s’interroger sur la matière et le temps et pour reconnaître l’originalité d’une réflexion sur les méthodes et les processus matériels dans l’enseignement de l’architecture.

Il interroge le rôle de la technologie, de la matière et des milieux lors des négociations entre la pensée et le construit.

Il prend position pour l’alliance de la technique et de l’éthique contre une pensée mécaniste. Il vise à ce que la multiplicité des modes techniques soit perçue dès la conception.

Les problématiques du département viennent à la fois de la société et de l’investigation architecturale proprement dite, elles se résument en trois thèmes.

Architecture & temporalités, durabilité, qualité environnementale

Le produit de la construction ou de l’aménagement ne peut plus être considéré sur le plan de la forme comme fini et déterminé, mais doit intégrer une réflexion ouverte aussi bien en termes de gestion de ressources que de mutations d’usage ou de pratiques sociales.

Que trouve-t-on derrière les concepts de durabilité, d’évolution, de réutilisation et d’adaptation des bâtiments ?

Rationalité constructive et économie du projet

Devant le nombre croissant de produits et procédés, les choix techniques relèvent de la conception et non du catalogue.La conscience de la dimension culturelle de la technique est nécessaire à la compréhension des relations et des différences entre la matière et les matériaux, les comportements et les performances.

L’interaction entre intérieur et extérieur conduit à porter un intérêt particulier au traitement des enveloppes. Elles délimitent et d’abritent toutes sortes d’espaces ; elles sont des parois matérielles qui conditionnent le confort ambiant.

La maîtrise des coûts de la maintenance et de l’adaptabilité est devenue un facteur de décision auquel la production architecturale doit faire face. L’architecte doit s’interroger sur le rôle de l’économie ou s’articule la technique et le politique.

De l’idée à la réalisation

L’architecture donne vie à la matière. Il faut former les architectes aux sciences des matériaux sans craindre la complexité, l’intellectualité et l’investigation du méconnu qui permettent de dépasser le simple bon sens pour innover.

Ville, Architecture, Territoires (VAT)

Responsable : Marc Armengaud www.vatmalaquais.wordpress.com Architecture Le département VAT place l’architecture au centre de sa réflexion. Il entend par architecture : « l’art de construire ». Cet « art de con …

en savoir plus...

Responsable : Marc Armengaud

www.vatmalaquais.wordpress.com

Architecture
Le département VAT place l’architecture au centre de sa réflexion. Il entend par architecture : « l’art de construire ». Cet « art de construire » s’exerce dans un environnement physique, technique et culturel qui a changé. La perception du monde habité, de ses espaces et de sa matière bâtie, a été transformée notamment par la révolution numérique. Nous refusons néanmoins la réduction de l’architecture à la seule production d’images, et aux illusions de la représentation. L’architecture prend place dans l’évolution de la ville et des territoires. Elle est ouverte à la recherche et à l’expérimentation.

Ville et territoires
Le département VAT ne limite pas l’architecture à la conception des édifices. Il situe l’architecture entre deux échelles ou deux « horizons » : la ville et les territoires. La connaissance de la forme des villes s’étend au grand territoire, celui de la métropole et de son paysage. Cet élargissement ouvre le département à la confrontation raisonnée des perspectives.

La ville n’est pas seulement une plus grande échelle de l’architecture. Entre ville et territoires, l’architecture est interrogée à partir d’un environnement qui lui préexiste et dans une large mesure la conditionne. Sa propre fonction de mise en forme et d’expression s’en trouve réinterprétée et stimulée.

Contexte scientifique et professionnel
Le département se reconnaît dans un milieu scientifique et professionnel contemporain. Il assume une responsabilité active vis-à-vis d’une culture architecturale et urbaine spécifique.

La volonté de préparer concrètement aux métiers de l’architecture et de la ville, voire à ceux de l’environnement et du paysage, pousse le département à établir et à entretenir des relations avec les établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche, avec les milieux professionnels, avec les médias et le monde de l’édition.

Par-delà ses exigences pour l’exactitude de la forme, l’architecture se veut ouverte à la diversité des sciences, des arts et des techniques. Cette préoccupation conduit le département VAT à rechercher les confrontations critiques avec d’autres disciplines, au premier rang desquelles se trouvent la géographie urbaine et les sciences sociales. Le département VAT s’est associé à l’Université de Paris XII (Institut d’Urbanisme Paris) pour le master« Programmation architecturale urbaine ».

Actualités3

{{title}}

{{message}}

{{validate.label}}
{{cancel.label}}

{{title}}

{{message}}

Ete vous sure

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×