ENSA Paris-Malaquais > École > Productions > À l’ENSA Paris-Malaquais

Productions - À l’ENSA Paris-Malaquais

2017/2018

en savoir plus...

P7/P9 - Studio de projet de Master - Le site des Beaux-Arts 1817-2017 

De l'opportunité d'une dynamique projectuelle

Le studio de projet de master (P7/P9) initié et coordonné par Christian Comiot travaille actuellement sur la dimension architecturale des mutations programmatiques attendues du site des Beaux-Arts. Enseignants: Auré …

en savoir plus...

De l'opportunité d'une dynamique projectuelle

Le studio de projet de master (P7/P9) initié et coordonné par Christian Comiot travaille actuellement sur la dimension architecturale des mutations programmatiques attendues du site des Beaux-Arts. Enseignants: Aurélien Davrius, Lucie Morand et Aurélie Eckenschwiller, avec la participation de Bérénice Gaussuin, Ariela Katz, Pascal Laurent et Michel Possompes.

P8 - Studio de projet de Master - Chine des Villages

Retour sur le travail mené en Chine entre février et juin 2017 dans le cadre du P8 coordonné par Bruno J. Hubert. Avec Lucie Morand, enseignante, Guillaume Coupez et Arthur Bel, jeunes architectes diplômés de l&rsq …

en savoir plus...

Retour sur le travail mené en Chine entre février et juin 2017 dans le cadre du P8 coordonné par Bruno J. Hubert. Avec Lucie Morand, enseignante, Guillaume Coupez et Arthur Bel, jeunes architectes diplômés de l’ENSA Paris-Malaquais.

Plus que jamais, l’architecte et l’étudiant en architecture doivent être aujourd’hui des observateurs attentifs des mutations de la planète. Les multiples villages des montagnes du Zhejiang ou du Fujian chinois peuvent-ils être le lieu d’un modèle alternatif au développement urbain chinois dont on mesure aujourd’hui les limites? En 2017, L’ENSA Paris Malaquais et la CAA de Hangzhou ont étudié un village du Nord du Fujian (Chine), Huangcun, entre rivière et montagnes et, à partir de ses ressources, en imaginent un futur.

P7/P9 - Studio de Master - Place des jeunes dans la ville

Séjour pédagogique à Lesconil

Le P7/P9 « Place des jeunes dans la ville » coordonné par Catherine Clarisse a mené une permanence architecturale dans le local du tri postal de la ville Lesconil, prêté par la municipalité, avec une présentati …

en savoir plus...

Séjour pédagogique à Lesconil

Le P7/P9 « Place des jeunes dans la ville » coordonné par Catherine Clarisse a mené une permanence architecturale dans le local du tri postal de la ville Lesconil, prêté par la municipalité, avec une présentation de maquettes commencées à l’école. Les étudiants ont mené des enquêtes sur le territoire, effectué des relevés du bâti existant et recueilli de nombreuses d’informations afin d’enrichir leurs travaux. Deux articles parus le lundi 6 novembre dans la presse locale sont à lire ci-dessous.

Retour sur le colloque de Cerisy : Villes et territoires résilients

Ce colloque s’est déroulé du 19 au 26 septembre 2017, sous la direction de Sabine Chardonnet-Darmaillacq (laboratoire ACS – UMR AUSser, labex Futurs Urbains), Éric Lesueur et Dinah Louda (Institut Veolia) …

en savoir plus...

Ce colloque s’est déroulé du 19 au 26 septembre 2017, sous la direction de Sabine Chardonnet-Darmaillacq (laboratoire ACS – UMR AUSser, labex Futurs Urbains), Éric Lesueur et Dinah Louda (Institut Veolia), Cécile Maisonneuve et Chloé Voisin-Bormuth (La Fabrique de la Cité).Colloque de Cerisy « Villes et territoires résilients »

 

Les attendus de ce colloque en résidence et long d’une semaine :

Confrontés à la mondialisation dont l’un des aspects majeurs est l’urbanisation, les villes et les territoires s’interrogent sur leurs capacités d’adaptation face aux mutations du monde contemporain. Comment concevoir la transformation des espaces urbains, des modes de vie, des capacités d’apprentissage, des formes de gouvernance assurant des équilibres soutenables et dynamiques? Pour aborder ces questions, la notion de résilience, utilisée dans différents domaines (biologie, psychologie ou cyndinique) et qui mobilise aujourd’hui des experts, chercheurs, citoyens et élus, paraît féconde. Il s’agit, face aux stress chroniques, aux vulnérabilités et aux crises aiguës qui surgissent de façon aléatoire, de développer à la fois une compréhension des complexités à l’œuvre et des capacités de rebond, d’organisation, d’adaptation, d’invention.

L’ambition de ce colloque, qui s’adressait à tous ceux que l’avenir des villes et territoires intéresse, était par le croisement de multiples regards, de dégager des pistes de réflexion et d’action susceptibles d’éclairer un concept trop souvent dévié, soit par un libéralisme opportuniste, soit par un effet de mode.

Les débats et retombées du colloque :

Dans une perspective pluridisciplinaire et internationale, ont été considérées plusieurs situations de chocs, de vulnérabilités ou de perturbations (changement climatique, défis du développement économique et social, risques et ruptures technologiques, paramètres démographiques ou migratoires, terrorisme, gestion des ressources). On a également  interrogé le lien entre bien-être urbain, solidarités et résilience au filtre  des rapports affectif, culturel et politique accordés aux lieux. La qualité humaine, la culture et la confiance, l’indépendance et l’interdépendance ont été abordées pour faire face à  la perte de centre de sa propre personne pour certaines populations, dans un milieu urbain ou un territoire en crise, ou face à une économie déshumanisée.

Pour ce qui est de l’analyse des enjeux de gouvernance et des rôles respectifs des politiques publiques, de la société civile et des individus dans une perspective d’intelligence collective, les débats restent ouverts, avec un horizon de réflexion sur les paradoxes liés aux enjeux de ces stratégies de résilience.

Nous avons constaté que la résilience restait encore une approche très centrée sur les économies et les cultures occidentales, qui manque dans les pays des suds.

Nous sommes tombés d’accord sur des contradictions inhérentes aux stratégies de résilience des villes et territoires :

– D’une part on constate l’impossibilité de mesurer la résilience et la limite de la planification du temps long en politique. L’installation d’un  processus de résilience est différente de son évaluation. Les questions de mémoire et de dissonance cognitive ont été discutées.

– D’autre part, si l’on vise un horizon  viable, la bonne saisie des échelles de temps et d’espaces est fondamentale. On peut alors considérer l’univers des possibles revu au filtre d’une approche fondamentale de la complexité avec le dialogue des disciplines.

Nous sortons de ce colloque, non pas pleins de convictions, mais conscients des controverses et des questions qui demeurent. Comment gérer les contradictions entre processus, systèmes complexes et responsabilités ? Si l’on considère que la résilience, post sidération, ne conduit pas à un retour à une situation antérieure mais à un changement, que serions-nous prêts à perdre, pour gagner quoi ? Qui énonce ces « nous » ?

L’angle territorial et urbain assumé de ce colloque nous a fait aborder la résilience selon une configuration d’espaces et de temps qui mène à un nouvel état, une force individuelle et collective, dans la perspective d’un milieu qui garde un potentiel de vie. Au fil de nos débats, s’est confirmée l’impossibilité d’une définition de la résilience. Constatant son internalité, nous en avons des représentations différentes. Cependant, sous l’angle de cette relation des hommes à un milieu, on pourrait la considérer comme une Force dynamique qui fait accepter le changement vers un nouvel équilibre. Il ne s’agirait pas de rupture mais d’un effort de chemin vers une sortie ; d’un processus et non pas d’une propriété qui tend, face à un risque ou une crise, à conjuguer le changement et la sécurité ; d’un engagement qui demande d’assumer la boucle des effets rétroactifs, la variation des pas de temps et l’ensemble des  échelles pour ne pas réserver la résilience à quelques uns.

Et pour certains, nous sommes déterminés par notre souhait de poursuivre un horizon d’action collective  pour un changement d’état dynamique, adhérant à l’idée que  recourir à la résilience dans l’intérêt général requiert de l’exigence et de la vigilance.

Une pause active

Pour une longue après-midi ensoleillée, le colloque s’est transporté en extérieur sur un site remarquable dont la résilience à long terme reste assujettie aux variations climatiques et à la montée du niveau de la mer ou à l’ensablement chronique. Comme une synthèse du colloque, proposant une configuration à la fois individuelle et de groupe, d’une humanité qui marche vers un lieu qui change, un lieu où la nature est en action et où l’on doit veiller à discerner jusqu’où l’on peut ou non aller.

Une diffusion ouverte du colloque, en attendant la publication des  actes

À l’initiative du CCIC et de l’Institut Veolia (co-directeur du colloque), nous avons réalisé, ces 23 et 24 septembre 2017, une captation vidéo de différentes interventions du colloque « Villes et territoires résilients ». Ces enregistrements sont maintenant en ligne et on peut y accéder librement à partir de ce premier lien.

http://www.colloque-tv.com/colloques/villes-et-territoires-resilients

D’autre part, deux conférences ont été mises en diffusion sur le site de France Culture : celles de Samuel Rufat présentée le 20 septembre et d’Eric Rigaud donnée le 25 septembre.

Samuel RUFAT: Résilience ou extinction… de la critique?

https://www.franceculture.fr/conferences/maison-de-la-recherche-en-sciences-humaines/resilience-ou-extinction-de-la-critique

Eric RIGAUD: La résilience à l’échelle sociotechnique.

https://www.franceculture.fr/conferences/maison-de-la-recherche-en-sciences-humaines/la-resilience-lechelle-sociotechnique

Pour en savoir plus sur le programme du colloque:

http://www.ccic-cerisy.asso.fr/territoiresresilients17.html

Malaquais à Cerisy

A l’occasion de deux directions de colloques à Cerisy, des circonstances propices pour articuler enseignement et recherche, m’ont permis de faire participer des étudiants à ces rencontres. Ainsi pour celui-ci, deux étudiants de Malaquais ont été invités à prendre part au Colloque : Laure Lepigeon diplômée en juin dernier et Romain Guillou entré en M1 cet automne. Extrêmement engagés et actifs, ils sont intervenus, aux côtés de deux doctorantes géographes de l’Ecole Normale Supérieure, Maya Cohen et Ariane Bachelet,  lors de la séance de synthèse, préparée au fil du colloque avec l’aide de Philiep Bossier, un universitaire francophone qui enseigne à Utrecht et en Belgique.

Laure a pu également exposer rapidement, lors de l’atelier de design thinking, son travail de PFE sur la « Régénérescence de Katmandou » après le récent séisme (soutenu en Juin 2017, co-direction Arnaud Bical et Sabine Chardonnet). Elle a noué des contacts avec divers intervenants.

Romain a réalisé des dizaines de dessins et une grande figure de synthèse qui ont été salués par l’ensemble de l’auditoire et seront publiés dans les actes.

Ces deux étudiants et deux de nos récentes diplômées de l’ ENSAPM ont contribué, par leur capacité à débattre et leur engagement, à une belle réputation de Malaquais. Lisa Poletti et Marguerite Wable venues comme auditrices ont, en effet, pu discuter avec plusieurs participants de leur travail de PFE : « L’inondation vertueuse – Le risque support du développement de l’écométropole Nantes – Saint-Nazaire » (soutenu en juin 2015, co-direction Sabine Chardonnet et Philippe Simon).

Dans cette articulation recherche / enseignement / pratique Cerisy est un lieu précieux d’ouverture et d’échange qui permet de sortir de l’entre-soi de certains colloques universitaires.

P7/P9 - Studio de projet de master - Paris-Texas & retour

Des images du voyage à Houston

Le groupe de projet de P7/P9 Paris-Texas & retour (THP/Transitions), encadré par François Gruson, est bien arrivé début octobre à Houston, Texas, où ils ont été accueillis par le Professeur Ronnie Self et ses …

en savoir plus...

Des images du voyage à Houston

Le groupe de projet de P7/P9 Paris-Texas & retour (THP/Transitions), encadré par François Gruson, est bien arrivé début octobre à Houston, Texas, où ils ont été accueillis par le Professeur Ronnie Self et ses étudiants.

La matinée du lundi a été consacrée au lancement du studio et à la découverte du campus. L’après-midi a permis de découvrir Downtown – le centre historique et désormais centre d’affaires de Houston. Après une visite complète du site du Museum of Fine Arts (Ludwig Mies van der Rohe et Rafael Moneo) et du chantier de son extension (Steven Holl) mardi, la journée de mercredi a été consacrée à une découverte exhaustive de la ville en car, avec un long moment passé sur le campus muséal de la De Menil Foundation (Philip Johnson, Renzo Piano).

Jeudi et vendredi sont deux journées consacrées au travail de studio dans une salle aimablement mise à leur disposition par le Hines College of Architecture, University of Houston.

Le studio international se poursuit avec un weekend d’études et de découvertes à Dallas-Fort Worth où ils découvriront des oeuvres de Norman Foster, IM Pei, Philip Johnson, Paul Rudolph, Renzo Piano, Tom Mayne, Buckminster Fuller et le Kimbell Museum of Art de Louis Kahn. La semaine prochaine sera consacrée à la poursuite du travail de projet in situ et en studio.

Workshop Tourisme et Patrimoine

à Roquebrune Cap-Martin

Du 5 au 15 septembre 2017, l’ENSA Paris-Malaquais a organisé un workshop hors les murs à Roquebrune-Cap-Martin, sur le thème « Tourisme et patrimoine ». Le workshop a été précédé par un voyage d’ …

en savoir plus...

à Roquebrune Cap-Martin

Du 5 au 15 septembre 2017, l’ENSA Paris-Malaquais a organisé un workshop hors les murs à Roquebrune-Cap-Martin, sur le thème « Tourisme et patrimoine ». Le workshop a été précédé par un voyage d’études de quatre jours qui s’est déroulé entre Nice et Port-Grimaud.
Le workshop a fait partie d’une série de rencontres, alternant workshop et séminaires de recherche, organisée à l’intérieur du réseau « Designing Heritage Tourism landescapes » dont l’ENSA Paris-Malaquais fait partie depuis trois ans.

Une quarantaine d’étudiants provenant de neuf écoles différentes (Argentine, Espagne, France, Italie, Portugal) ont travaillé sur deux sites de la commune située autour de la gare de Roquebrune Cap-Martin et de la gare de Carnolès. Ces étudiants ont pu découvrir les trois architectures : la villa E.1027, l’unité de camping et le Cabanon construit par Eileen Gray – Jean Badovici et Le Corbusier, ouvertes désormais au public.
Neuf étudiants de l’ENSA Paris-Malaquais ont participé à ce workshop.

L’événement a été organisé avec la mairie de Roquebrune Cap-Martin, l’Association Eileen Gray.Étoile de mer.Le Corbusier, le Conservatoire du Littoral,  la CARF, de la FLC et l’association Cap Moderne.
Un jury composé de Marc Barani, architecte Grand Prix de l’Architecture 2013, Richard Ciocchetti, premier adjoint au maire de RCM, Jacques Sbriglio, architecte et urbaniste, Luc Liogier, directeur de l’ENSA Paris-Malaquais a évalué les projets et récompensé deux équipes.

La réflexion sur le thème proposé s’est enrichi, entre autres, des conférences de : Tim Benton professor Emeritus de Art History at the Open University, Jean Christophe Gay Université Nice-Côte d’Azur, Michel Richard Directeur de la FLC et de Luca Merlini et Soline Nivet enseignants à l’ENSA Paris-Malaquais.

L’équipe enseignante de l’ENSA Paris-Malaquais qui à organisé le workshop se compose de Maria Salerno, responsable, Rafaël Magrou, Orfina Fatigato et Lucie Morand.

2016/2017

en savoir plus...

VILLARD 18

Du 6 au 8 juillet 2017 a eu lieu à Piancenza la dernière étape de l’édition 2016-2017 du séminaire de projet itinérant VILLARD 18 sous la responsabilité de Maria Salerno (P7-P9) et Nicolas Gilsoul (P8), studio d …

en savoir plus...

Du 6 au 8 juillet 2017 a eu lieu à Piancenza la dernière étape de l’édition 2016-2017 du séminaire de projet itinérant VILLARD 18 sous la responsabilité de Maria Salerno (P7-P9) et Nicolas Gilsoul (P8), studio de projets inter departement (PASS-THP).
Une exposition des travaux a été présentée au  Palazzo Farnese à Piacenza et un colloque a eu lieu sur la « Régénération urbaine », thème de l’année.
Manon Lespagney et Théo Gueroux étudiants de l’ENSAPM ont participé en représentant les groupes qui ont participé au programme du P7/P9, (enseignants: Maria Salerno, Luca Merlini, Orfina Fatigato) et P8 (enseignants: Nicolas GIlsoul, Luca Merlini, Philippe Trétiak) .
A l’exposition ont été présenté les projet des groupes d’étudiants : Champagne, Gueroux, Lespagney; Grigorescu, Raymond; Laborde, Gueroux, Lesparney; Pras, Dinç, Joy; Rastegar, Guillemin; Vitale.
Le jury était composé de Carlo Moccia, Massimo Ferrari, Marcello Spigaroli, Alfonso Femia e Sergio Polano, enseignants e représentants locaux.
Le séminaire VILLARD 18 avait été accueilli dans notre école du 26 au 28 janvier 2017.

Cartographie globale

D8 - Développement de quatrième année - L'acoustique architecturale

Flow Box - La Gaîté lyrique

Dans le cadre d’un partenariat avec la Gaîté Lyrique pour le Festival Ateliers Partagés, les étudiant du D8 de Carlotta Daro « L’acoustique architecturale » (Développement de 4ème année) ont réali …

en savoir plus...

Flow Box - La Gaîté lyrique

Dans le cadre d’un partenariat avec la Gaîté Lyrique pour le Festival Ateliers Partagés, les étudiant du D8 de Carlotta Daro « L’acoustique architecturale » (Développement de 4ème année) ont réalisé l’installation « Flow Box » en collaboration ce semestre avec l’artiste Kerwin Rolland.

P4 - Studio de projet de deuxième année - Maisons remarquables

Une maquette réalisée par des étudiants de l'ENSA Paris-Malaquais au Pavillon de l'Arsenal !

Une maquette de la maison de Kiso, réalisée par des étudiants de l’école a été choisie pour être présentée au Pavillon de l’Arsenal dans le cadre de l’exposition « architectures japonaises …

en savoir plus...

Une maquette réalisée par des étudiants de l'ENSA Paris-Malaquais au Pavillon de l'Arsenal !

Une maquette de la maison de Kiso, réalisée par des étudiants de l’école a été choisie pour être présentée au Pavillon de l’Arsenal dans le cadre de l’exposition « architectures japonaises à Paris » (27 juin-31 octobre 2017).

Construite initialement en 1862 à Nagano, Japon, cette maison traditionnelle de l’ère dite de Meiji a été offerte en 1999 à la France à l’occasion du 150ème anniversaire des relations franco-japonaises, grâce au don de l’association présidée par Madame Jane Cobbi. Elle est actuellement visible au jardin d’acclimatation.

Cette maquette d’analyse de la maison de Kiso a été réalisée par Gauthier Gaillard, Nagy Makhlouf, Yong Won Jang, Pauline Pham Van, étudiants en L2/ P4 , dans le cadre du TD « maisons remarquables » sous la direction d’Eric Sfar architecte, enseignant responsable du TD P4 de Catherine Clarisse.

P5 - Studio de troisième année - Visions Périphériques

Publication "Les Grands Voisins"

Dans le cadre du studio de projet de P5 « Visions Périphériques » (L3), encadré par Thierry Mandoul, Anne Mie Depuytd et Maya Nemeta, les étudiants ont réalisé une publication intitulée « Les Grands Voisins …

en savoir plus...

Publication "Les Grands Voisins"

Dans le cadre du studio de projet de P5 « Visions Périphériques » (L3), encadré par Thierry Mandoul, Anne Mie Depuytd et Maya Nemeta, les étudiants ont réalisé une publication intitulée « Les Grands Voisins ». Elle présente le site du projet, l’ancien hôpital de Saint-Vincent-de-Paul, et les productions du semestre. Elle présente aussi des interventions qui ont eu lieu à l’ENSA Paris-Malaquais par les associations et organismes qui occupent aujourd’hui les Grands Voisins.

L’ouvrage peut être consulté en ligne en cliquant sur ce lien, ou à la bibliothèque de l’ENSA Paris-Malaquais.

Étudiants :
Evgenia AFANASYEVA, Louis ALLART, Guillaume BALDY, Agnès BANG,
Clément BILLARD, Justine DAVEINE, Tina EMAM, Céline EPSTEIN, Petru GANGURA,
Céline GOURVIL, Mathilde HENAUX, Gautier HENNETON, Hoyeon HWANG,
Taechaeon KIM, Arda KORAY, Guillaume LEMOINE, Mathilde LHOPITALIER,
Verena LOPES, Eléonore MARC, Pauline MARETTE, Pietro MARIAT, Laury-Anne NOLLET,
Maëlle PALUMBO, Marguerite RENAUDIN, Aymeric ROUOT, Augustin SAUZEY,
Vanessa SEAIBY, Paul-Louis SPIRAL, Xinyu YAN

Dans le cadre de notre enseignement de projet du cinquième semestre du cycle Licence intitulé :Visions périphériques, nous avons souhaité réfléchir à la
transformation de l’ancien site hospitalier Saint-Vincent-de-Paul dans le XIVème arrondissement de Paris. Depuis plusieurs mois une expérience
singulière s’y déroule, désignée par les « Grands Voisins ». Grâce à la présence d’associations et d’accords passés avec la Ville de Paris, certains exclus de la société ou ceux qui n’y trouvent que difficilement place : populations migrantes, jeunes générations, créateurs d’entreprises, artistes, etc., résident pour un temps dans ce lieu.
Une utopie se réalise au jour le jour. Ses occupants y expriment une grande créativité et une volonté d’engagement social et politique intense.
Que faut-il penser de ce type d’occupation éphémère? Comment cet urbanisme temporaire influencera-t-il la réflexion sur la ville de demain ? Quelles seront les conséquences de ces expériences sur le devenir du site ? Est-ce un avatar d’un re-développement économique du néo-libéralisme ? Ou bien est-ce une autre façon de concevoir la ville, de la rendre plus accueillante et plurielle, plus ouverte à de nouvelles pratiques et à la diversité des usages ?
En quoi ces occupations transitoires préfigurent-elles la mise en oeuvre d’un projet suscitant la participation des citoyens envers l’aménagement de leur cadre de vie ?

Développement - Actions artistiques, mouvements dessinés

Découvrez les photos du spectacle de fin d'année de l'École nationale des arts du cirque de Rosny

Suite au développement « Actions artistiques, mouvements dessinés » de Sandra Ancelot, artiste plasticienne performer et enseignante à l’ENSA Paris-Malaquais, en partenariat avec la chanteuse lyrique Anne-So …

en savoir plus...

Découvrez les photos du spectacle de fin d'année de l'École nationale des arts du cirque de Rosny

Suite au développement « Actions artistiques, mouvements dessinés » de Sandra Ancelot, artiste plasticienne performer et enseignante à l’ENSA Paris-Malaquais, en partenariat avec la chanteuse lyrique Anne-Sophie Rambaud et l’Ecole nationale des Arts du Cirque de Rosny, découvrez quelques images du spectacle « Paraitre ».

P8 - Studio de 4ème année -  L'Autre ville. Architectures à l'épreuve de l'a-métropole

Publication

Cet ouvrage rassemble les travaux des six groupes de projet du studio de P8 (M1) du département VAT « L’Autre ville. Architectures à l’épreuve de l’a-métropole », encadrés par Patrick Henry, ar …

en savoir plus...

Publication

Cet ouvrage rassemble les travaux des six groupes de projet du studio de P8 (M1) du département VAT « L’Autre ville. Architectures à l’épreuve de l’a-métropole », encadrés par Patrick Henry, architecte et urbaniste et Amélie Nicolas, sociologue, chercheur au laboratoire AAU_CRENAU, UMR 1563. La maquette graphique et suivi éditorial ont été réalisés par Matthias Rischewski (Les Designers Graphiques).

L’ouvrage peut être consulté à la bibliothèque de l’ENSA Paris-Malaquais.

Engager des étudiants de master d’architecture sur les territoires de la ville moyenne française, comme nous l’avons fait pour cette première édition du studio de projet l’Autre ville à Dieppe,  c’est avant tout interroger le rôle de l’architecte dans les contextes de la ville en déprise, marquée par un déclin démographique, la désindustrialisation, une désouvriérisation, l’évolution vers une société multi-ethnique, la précarité croissante, la crise de la relation aux institutions, une faiblesse ou une absence d’initiatives publiques, pour des raisons structurelles, budgétaires ou politiques, etc. 

C’est engager un nouveau regard et d’autres stratégies de projet que celles qui font les métropoles dites « gagnantes » aujourd’hui. Il faut un décentrement certain pour regarder, avec amitié, comme nous y engageait déjà Paola Vigano pour la ville diffuse ou la métropole horizontale, des territoires que l’on réprouverait a priori. Avec amitié, parce qu’ils sont prometteurs.

Notre équipe pédagogique, composée d’un architecte urbaniste (Patrick Henry) et d’une sociologue (Amélie Nicolas) s’est donné comme objectif de croiser, dans la pratique même du projet, où le dialogue entre les savoirs socio-politiques, anthropologiques, cartographiques, mêlé à des observation in situ, s’est articulé sur toutes les phases du projet. Ce dialogue, mis en œuvre dans le cadre de protocoles successifs (« observation troublée », recherches statistiques, cartographies dites « objectives », itinéraires, entretiens, …) nous ont permis de conduire les étudiants dans récits programmatiques et des récits de projet qui pourraient rappeler, comme le dit Lucien Kroll, « que l’architecture n’est pas un objet, mais qu’elle est un milieu » (Tout est paysage).

Le présent livre du projet rend ainsi compte des stratégies urbaines, paysagères ou architecturales de reconquête de l’ensemble du territoire d’étude ou d’une partie significative, que les étudiants ont conçus pour Dieppe. Il pose des questions particulières, à l’échelle de chaque proposition, individuelle et de groupe, mais aussi à l’échelle de tout le studio où, dans un sixième chapitre, nous revenons sur le sens d’une lecture de l’ensemble de ces propositions particulières qui finissent par constituer, si on les démultiplie, une stratégie urbaine et territoriale pour Dieppe. Cette stratégie s’attache à ne pas déclasser l’existant avec de nouvelles interventions. Elle interroge les outils classiques de l’urbanisme comme la ZAC, et pose la question, dans un contexte de crise, des méthodes traditionnelles de l’urbanisme et de la planification qui se révèlent très souvent inopérantes.

Retour sur le mois de mars 2017 en images

Le vernissage de l’exposition Résonances : Iannis Xenakis en présence de sa fille, Mâkhi Xenakis, la visite de la maison Louis Carré, les cabanes éphémères en carton réalisées par les étudiants de P2, l …

en savoir plus...

Le vernissage de l’exposition Résonances : Iannis Xenakis en présence de sa fille, Mâkhi Xenakis, la visite de la maison Louis Carré, les cabanes éphémères en carton réalisées par les étudiants de P2, la rencontre du nouveau directeur Luc Liogier avec la communauté de l’ENSA Paris-Malaquais, et la construction par un groupe d’étudiants de portiques en pierre de taille aux Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau.
Découvrez les photographies sur la page Facebook de l’ENSA Paris-Malaquais

H5 - Cours de troisième année - Machines à voir

Réécoutez l'hypogée des dunes

Récit architectural et sonore réalisé dans le cadre du H5 Machines à voir De l’esquisse à la réalisation, les étudiants ont élaboré de brefs récits sonores d’un lieu ou d’un paysage architectural, à par …

en savoir plus...

Réécoutez l'hypogée des dunes

Récit architectural et sonore réalisé dans le cadre du H5 Machines à voir

De l’esquisse à la réalisation, les étudiants ont élaboré de brefs récits sonores d’un lieu ou d’un paysage architectural, à partir d’archives et de banques de sons détournés de leurs usages…
Enseignants : Jérôme Poret et Bertrand Lamarche
► Disponible sur soundcloud

P7/P9 - Studio de projet de Master - La place des jeunes dans la ville

Exposition de projets pour le quartier de Claveau 

Le vendredi 17 février 2017 à 16h, au Centre d’animation de Bacalan, à Claveau : Exposition de projets pour le quartier de Claveau réalisés dans le cadre du P7/P9 sur la place des jeunes dans la ville et l …

en savoir plus...

Exposition de projets pour le quartier de Claveau 

Le vendredi 17 février 2017 à 16h, au Centre d’animation de Bacalan, à Claveau : Exposition de projets pour le quartier de Claveau réalisés dans le cadre du P7/P9 sur la place des jeunes dans la ville et l’architecture participative (AAP – Laboratoire du réel)

Enseignants : Catherine Clarisse et Nicole Concordet, architectes, avec les contribution de Benoit Vérant (ENSAPM/atelier fabrication) et de Mareka Rupeka (jury interne)

Participation :  habitants de Claveau, équipe du Centre d’animation, Bernard Blanc et l’équipe de la société Aquitanis, Arnaud Théval enseignant ENSAP Bordeaux et son groupe d’ étudiants

Liste des étudiants du P7/P9 : Ho Jun BAE, Joachim ESCUER JIMENEZ, Albane FOUCAULT, Lisa GIACCONE, Hyung Yoon KIM, Mathilde LAPRADE, Pauline LEROUX, Bénédicte LUBIN, Léa MAO, Jeanne RIVIERE, Marianne TAYLOR, Elodie TEIXERA

Le site de Claveau, au Nord de Bordeaux fait actuellement l’objet d’une rénovation menée par l’équipe de Nicole Concordet pour la société Aquitanis, office public de l’habitat de Bordeaux Métropole. Au cours du semestre, une semaine participative d’immersion sur le site de projet a permis la rencontre des habitants (photo) et de nombreux acteurs et habitants concernés par la rénovation du site. La permanence architecturale installée depuis plusieurs mois dans la <maison commune> sur le site a permis aux d’étudiants d’établir des relations avec les habitants qui ont porté les évolution de leurs projets. A l’intérieur du groupe d’étudiants, les méthodes de travail participatives ont généré un dialogue et une cohérence entre les différents projets qui forment une <œuvre commune>.

Développement - Portiques en pierre de taille

Grands Ateliers de l'Isle d'Abeau

Enseignant : Maurizio Brocato, Thierry Ciblac, Blerta Lipo Projet de réalisation de portiques en pierre de taille, à mi-chemin entre arche et poutre, conçu pour un diplôme de doctorat. Les structures seront ensuite t …

en savoir plus...

Grands Ateliers de l'Isle d'Abeau

Enseignant : Maurizio Brocato, Thierry Ciblac, Blerta Lipo

Projet de réalisation de portiques en pierre de taille, à mi-chemin entre arche et poutre, conçu pour un diplôme de doctorat.

Les structures seront ensuite transportées afin d’être exposées dans les ateliers de la société SNBR à Troyes.

L’atelier propose une expérimentation constructive autour des structures en pierre de taille. Les objectifs de l’étude sont :

1﴿ Comprendre le fonctionnement de ces structures, dont la morphologie, la technique de fabrication et la nature des pierres utilisées sont étroitement liées;

2﴿ Savoir définir les opérations de chantier les plus économiques et en savoir analyser la faisabilité à plus grande échelle ﴾l’expérimentation sera conduite à l’échelle 1/2﴿;

3﴿ Observer les effets du chargement et comprendre l’intérêt et les limites du modèle statique de ces structures en tant qu’outil de projet. Il faut noter qu’il existe un intérêt renouvelé vis‐à‐vis de ces structures grâce à leur qualité environnementale.

Les objets étudiés appartiennent à une typologie structurelle appelée « plates‐bandes à joints en X ». Cette typologie dérive d’un petit nombre de structures, datant du XIIe au XIVe siècle, et présentes en Hongrie, Roumanie et Italie. Les raisons de leur introduction font encore l’objet d’études historiques, mais nous souhaitons approfondir la question de leur fonctionnement mécanique. Il s’avère, et l’atelier pourra le démontrer, qu’elles jouissent d’une importante propriété en phase de montage, qui simplifie la réalisation par rapport à d’autres types de plates‐bandes. Cette propriété pourrait être très utile pour les applications dans le contexte d’une réintroduction de la pierre de taille parmi les matériaux de construction. Il est prévu de réaliser 3 plates‐bandes à joints X. Le travail consiste en la découpe des pièces et en leur assemblage. Des tests de déformation seront effectués sur les structures montées.

En collaboration avec le laboratoire GSA

Intensif - No Futur...Notre Futur ?

Février 2017

Enseignants : Giulia Zonca et Dorota Slazakowska “Cet intensif est fait par des (ex-) étudiants, pour des (futurs-ex) étudiants. La semaine est un aperçu d’expériences vécues, de partage et de réflexivité …

en savoir plus...

Février 2017

Enseignants : Giulia Zonca et Dorota Slazakowska

“Cet intensif est fait par des (ex-) étudiants, pour des (futurs-ex) étudiants. La semaine est un aperçu d’expériences vécues, de partage et de réflexivité, pour prévenir la période post-diplôme qui peut être compliquée, entre satisfaction personnelle et pression sociétale. Comment ? Par un tissage entre production commune et individuelle, en décortiquant le kaléidoscope des métiers de l’architecture aujourd’hui en pleine mutation, et en imaginant son futur soi. »

P7/P9 - Studio de projet de Master - 6 gares et projets connexes du Grand Paris Express

Jury public

Jury P7/P9 –  Lundi 16 janvier 2017 à 10h – Fabrique du Métro du Grand Paris Enseignants : «Maison du Grand Paris», Peggy Garcia, et «Grand Paris Express Station», Mathieu Mercuriali A la Fabrique du …

en savoir plus...

Jury public

Jury P7/P9 –  Lundi 16 janvier 2017 à 10h – Fabrique du Métro du Grand Paris
Enseignants :

«Maison du Grand Paris», Peggy Garcia, et «Grand Paris Express Station», Mathieu Mercuriali
A la Fabrique du Métro du Grand Paris, 50 rue Ardoin, Saint Ouen, Métro Mairie de Saint-Ouen
Le projet de cet atelier de Master propose la conception d’une station de métro du Grand Paris Express, associée à des programmes métropolitains. «Grand Paris Express Station », comme mégastructure intégrée du Grand Paris, se définit comme un pôle de transport et un équipement public, à l’échelle intermédiaire entre l’urbanisme et l’architecture.
Ce grand équipement sera associé à des projets connexes inclus dans un projet urbain intégrant la gare comme catalyseur. Six groupes d’étudiants travailleront sur six quartiers de gares. La multiplicité d’échelles et d’usages aux grands équipements, une dimension collective, comme lien urbain et social, que les étudiants intégreront pour concevoir la ville de demain.

P6 - Studio de troisième année - Les enjeux de la péri-urbanité

Enseignant : François Gruson Première visite mardi dernier à Hermes (Oise) où nous avons été reçus par Grégory Palandre, Maire, et Frédéric Brigaud, Premier Adjoint en charge de l’urbanisme, des finances …

en savoir plus...

Enseignant : François Gruson

Première visite mardi dernier à Hermes (Oise) où nous avons été reçus par Grégory Palandre, Maire, et Frédéric Brigaud, Premier Adjoint en charge de l’urbanisme, des finances et des grands projets. Premiers contacts et premiers échanges en mairie sur les enjeux territoriaux, les enjeux patrimoniaux et les enjeux culturels de cette commune « rurbaine » de 2500 habitants, véritable laboratoire des alternatives à l’étalement urbain et à la « ville franchisée » caractéristiques de la péri-urbanité.

Nous y retournerons à deux reprises : le 18 avril pour un approfondissement des analyses et des relevés de site, et en fin de semestre, où le jury extérieur aura lieu en mairie, devant les élus et en public. Entretemps, le Maire viendra à l’école pour les restitutions intermédiaires.

Ci-dessous une photo de la première rencontre en mairie mardi matin. 

© Patrick Girondin

Temporalidade do TurismoArquitectura(s) para uma nova territorialidade 

Workshop International à Evora - L3 - M1 - M2

Workshop International à Evora Un groupe de 10 étudiants de L3, M1/2 est allé le 4 Septembre participer à un workshop international, sur le thème « Temporalidade do TurismoArquitectura(s) para uma nova territorial …

en savoir plus...

Workshop International à Evora - L3 - M1 - M2

Workshop International à Evora

Un groupe de 10 étudiants de L3, M1/2 est allé le 4 Septembre participer à un workshop international, sur le thème « Temporalidade do TurismoArquitectura(s) para uma nova territorialidade ». Ce workshop se déroule à Evora jusqu’au 17 septembre. Les premiers jours du workshop ont été consacrés à la découverte de l’architecture portugaise contemporaine encadrés par Orfina Fatigato et Nicolas Gilsoul.

Le workshop a été organisé par le réseau Designing heritage tourism landscapes.

Comité scientifique du résau :

Roberta Amirante, Gustavo Carabajal, Mauro Marzo, Bruno Messina, João Rocha, Maria Salerno, Antonio Tejedor Cabrera.

Autres écoles d’architecture associées :

Universidade de Évora, Departamento de Arquitectura – Università degli Studi di Napoli Federico II, Dipartimento di Architettura – École Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Malaquais – Faculdade de Arquitectura da Universidade do Porto – Universidad Nacional de Rosario, Facultad de Arquitectura, Planeamiento y Diseño – Universidad de Sevilla, Escola Tecnica Superior de Arquitectura – Università degli Studi di Catania, Struttura didattica Speciale di Architettura, sede di Siracusa – École Nationale Supérieure d’Architecture Strasbourg – Universidad de Valladolid, Departamento de Teoría de la Arquitectura y Proyectos Arquitectónicos – Università Iuav di Venezia, Dipartimento di Culture del Progetto.

Les différentes actions du réseau Designing heritage tourism landscapes sont suivies à Malaquais par un groupe d’enseignants aujourd’hui composé d’Orfina Fatigato, Nicolas Gilsoul, Jean Léonard, Luca Merlini et Maria Salerno.

Pour en savoir plus sur le réseau Designing heritage tourism landscapes :

http://www.iuav.it/Didattica1/workshop-e/2016/HERITAGE-T/

https://www.facebook.com/DesigningHeritageTourismLandscapes/?fref=ts

P8 - Studio de Master - Apprendre des villages

Xitou, Zhejiang, Chine - 2016

Enseignants ENSA Paris-Malaquais : Bruno J. Hubert (responsable), architecte, enseignant; Jean Attali, philosophe, professeur; Françoise Ged, urbaniste, sinologue,  Observatoire de la Chine contemporaine; Arthur Bel, …

en savoir plus...

Xitou, Zhejiang, Chine - 2016

Enseignants ENSA Paris-Malaquais : Bruno J. Hubert (responsable), architecte, enseignant; Jean Attali, philosophe, professeur; Françoise Ged, urbaniste, sinologue,  Observatoire de la Chine contemporaine; Arthur Bel, architecte, enseignant vacataire.

Enseignants China Academy of Art Hangzhou : Wang Shu et Lu Wenyu, architectes, professeurs; Zheng hang hu, architecte, professeur.

Au second semestre 2016, l’ENSA Paris-Malaquais a travaillé avec la China Academy of Art de Hangzhou sur un sujet site par l’école chinoise : le village de Xitou, Zhejiang.

Consultez ici le livret de synthèse du projet réalisé par les étudiants

P2 - Studio de première année - Exercice n°1 : Les cabanes

Enseignants : Christina Condak, Valéry Didelon, Loïse Lenne, Steven Melemis, Franck Minnaert, Georgi Stanishev et Joanne Vajda Le défi : Construire un habitacle de 6m2 avec 75 feuilles de carton en 4 jours. Les étud …

en savoir plus...

Enseignants : Christina Condak, Valéry Didelon, Loïse Lenne, Steven Melemis, Franck Minnaert, Georgi Stanishev et Joanne Vajda

Le défi : Construire un habitacle de 6m2 avec 75 feuilles de carton en 4 jours. Les étudiants ont invité les visiteurs et leurs professeurs à se courber, s’allonger, s’asseoir… avec la hutte parlante, le Club, ou encore la cabane où l’on se sent trop petit ou trop grand. Découvrez quelques photos de cette journée cartonnée à l’ENSA Paris-Malaquais !

2015/2016

en savoir plus...

D8 - Le territoire des Aéroports

Un regard nouveau

Enseignants : Susan Dunne et Graciela Torre Le développement a pour objet d’explorer le territoire des aéroports en tant qu’entité spécifique avec ses propres caractéristiques et emprises et en tant qu& …

en savoir plus...

Un regard nouveau

Enseignants : Susan Dunne et Graciela Torre

Le développement a pour objet d’explorer le territoire des aéroports en tant qu’entité spécifique avec ses propres caractéristiques et emprises et en tant qu’infrastructure générique. L’enseignement pose également la question de comment les architectes peuvent se positionner face à la « systématisation» des grands projets de transport. 

Les étudiants du D8 – Le territoire des Aéroports 2015-2016 de Paris-Malaquais ont pris pour cas d’étude l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle. A travers une approche didactique et conceptuelle, comprenant une analyse critique et une restitution libre, ils ont pu identifier les grandes entités fonctionnelles du territoire et exprimer leur ressenti personnel.
L’analyse fonctionnelle, technique et environnementale a servi de base à la fabrication d’une maquette de site mettant en avant la morphologie du site et les grandes zones aéroportuaires, et à la mise en place d’une cartographie détaillée des différentes zones (technique, de maintenance, de fret, des aérogares, commerciales et tertiaires). Le travail conceptuel a donné lieu à des installations questionnant la nature normée et stérile de ces lieux et à un film mettant en avant la magie du mouvement tout en soulignant la négation de la place des humains au sein de la grande machine aéroportuaire.
Le site de Roissy Charles de Gaulle a été également mis en perspective à travers une analyse comparative avec l’aéroport de Heathrow (à Londres) et avec l’aéroport d’Orly. Ces comparaisons ont servi de démontrer la coté générique des aéroports mais aussi de souligner le fait que les aéroports ne se réduisent pas seulement aux aérogares et aux équipements aériens mais qu’ils sont avant tout des hubs de connectivité en lien aux autres réseaux d’infrastructures (maritimes, ferroviaires et routières) à l’échelle internationale, nationale et régionale. C’est cette multiplicité et complexité d’échelles, de modes et d’enjeux qui font de ces territoires un sujet d’étude incontournable, fascinant et consternant à la fois.

Vidéo de Giacomo Fiorani - Le territoire des Aéroports (D8)

P7/P9 - Atelier expérimental - Mouvement/Histoire/Architecture – 2015

Présentation finale du studio de projet

Enseignants : Ariela Katz et Julie Desprairies Etudiants : Etudiants : Layla Abdul Karim, Ludovic Austry, Hagaï Ben Naïm, Roser Estefanel, Anna Focjik, Margaux Henry-Thieullent, Mathilde Labartette, Delphie Laforest …

en savoir plus...

Présentation finale du studio de projet

Enseignants : Ariela Katz et Julie Desprairies

Etudiants : Etudiants : Layla Abdul Karim, Ludovic Austry, Hagaï Ben Naïm, Roser Estefanel, Anna Focjik, Margaux Henry-Thieullent, Mathilde Labartette, Delphie Laforest, Laura Louvignes, Marine Orlini

Membres du jury : Emmanuelle Raoul-Duval, Jean-Luc Bichaud, Anne Carnac et Nasrine Seraji

Vidéo : Ludovic Austry

P7/P9 - Histoire/Mouvement/Architexture - Présentation finale

Actualités3

{{title}}

{{message}}

{{validate.label}}
{{cancel.label}}

{{title}}

{{message}}

Ete vous sure

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×