> Études > Départements > Départements

Départements - Départements

Objectifs des départements

Six départements interdisciplinaires rassemblent des groupes d’enseignants sur des problématiques distinctes. L’idée de constituer des groupes d’enseignants de plusieurs disciplines mais partageant un po …

en savoir plus...

Six départements interdisciplinaires rassemblent des groupes d’enseignants sur des problématiques distinctes.

L’idée de constituer des groupes d’enseignants de plusieurs disciplines mais partageant un point de vue commun sur l’architecture s’est concrétisée à Paris-Malaquais sous la forme de départements. Ces départements définissent les enseignements proposés aux étudiants dans les cycles licence et master. Année après année, ils font évoluer ces enseignements afin de les mettre en résonance avec une réalité en évolution, celle de nos environnements bâtis et des technologies associées. Ces départements dépassent la division entre les disciplines ou les visions étroites de la spécialisation. Ils se fondent sur une problématique explicite appuyée sur la recherche et une équipe dont la compétence est reconnue.

La structure en départements répond aux objectifs suivants :

  • constituer des groupes cohérents, actifs et motivés consacrant leur énergie à une réflexion prospective susceptible d’entraîner les étudiants. Les départements se forment à partir d’axes de recherche et de réflexion ainsi que d’objectifs d’enseignement.
  • rapprocher la recherche de l’enseignement : instaurer une proximité quotidienne entre chercheurs, enseignants et étudiants  ; accueillir des étudiants en 3e cycle ; permettre des retombées fructueuses des contenus de la recherche ou de la réflexion théorique ou doctrinale dans l’enseignement.
  • rapprocher les moyens de la production et regrouper les énergies autour de tâches productives telles que la diffusion de la recherche, la valorisation et la publication (revue interne, colloques), les stages, etc.
  • construire les échanges internationaux et le rayonnement de l’école. Le département constitue une entité capable d’initiative dans l’organisation des contenus et des manifestations qui forment la vie de l’école. Il peut développer des relations avec d’autres institutions (universités, organismes de recherche, collectivités locales). Outre les échanges qu’il peut établir de manière durable avec d’autres institutions françaises ou étrangères, chaque département peut prendre à tour de rôle, pour un semestre ou une année, la responsabilité d’accueillir à l’école un professeur invité, ou de construire une session intensive et alimenter ainsi un débat permanent au sein de l’école.

Art Architecture Politique (AAP)

Responsable : Jac Fol Si l’architecture est au coeur de nos préoccupations, et comme phénomène conceptuel, et comme champ (pratique & théorique), et comme opératrice de réel, et comme objet critique, nous int …

en savoir plus...

Responsable : Jac Fol

Si l’architecture est au coeur de nos préoccupations, et comme phénomène conceptuel, et comme champ (pratique & théorique), et comme opératrice de réel, et comme objet critique, nous intensifions ses dimensions artistiques & politiques.
Intensivement, l’œuvre d’art s’adresse à chacun, extensivement, l’action politique implique tout un chacun. De l’une à l’autre, des sociétés, des architectures qui s’intercalent, non comme solution, mais en questions : Quel mur ne ferait pas écran ? Quelle cellule libérerait le domestique ? À quelle société coopérer ? Quel toit pour toutes et tous ? Quelle pauvreté en pays riche ?

Arts de faire, nos particularités ressortent de nos manières politiques de produire l’architecture (montage, programme, distribution du travail et des responsabilités, formes des présentations, etc.) & de nos façons artistiques de signifier l’architecture (fiction, performance, méthode, théorie).
Nous prospectons d’autres voies dans la conception, la production, l’expérience et l’enseignement de l’architecture.

Tout en produisant de l’architecture non dogmatique, nous explorons ses méthodes de conception, ses participations à l’histoire, les sociétés qu’elle suppose, ses élaborations fictionnelles, ses performances (artistiques ou techniques), ses expérimentations, ses versions imaginaires, ses attendus et ses succès.

Digital Matters (DM)

Responsable : Maurizio Brocato L’évolution de l’informatique a engendré en peu de temps un grand nombre de changements des modes de vie et des modes de production matérielle et immatérielle. Malgré sa filiation …

en savoir plus...

Responsable : Maurizio Brocato

L’évolution de l’informatique a engendré en peu de temps un grand nombre de changements des modes de vie et des modes de production matérielle et immatérielle.
Malgré sa filiation technocratique et son inscription dans un arc géographique et temporel marqué par une relative stabilité sociale et institutionnelle, son accélération dans le dernier quart de siècle cause une perception de discontinuité toujours renouvelée et motive le nom qu’on lui accorde de révolution numérique.
Cette révolution investit et est investie par toutes les dimensions propres de l’architecture, tel est son rapport aux sociétés, aux individus, aux techniques et aux esprits. Sa force nous oblige à comprendre sa genèse, nous sollicite avec son actualité et nous donne l’occasion d’imaginer des futurs possibles. Ainsi, au sein du département Digital Matters, la question du lien actif et rétroactif entre architecture et numérique est attaquée par tous les angles, afin d’établir une pensée de l’architecture numérique, par nature générique et anti-disciplinaire.
Cette pensée se projette par vocation dans une constante dynamique de recherche, d’innovation et d’expérimentation, croisant la théorie de l’architecture d’inspiration philosophique, la morphologie structurale, la fabrication numérique, la robotique et l’algorithmique et questionnant les processus de conception. Une attention particulière, mais non exclusive, est portée aux idées et aux pratiques pouvant jouer un rôle positif pour la solution des émergences actuelles, telles que la crise environnementale, la transition industrielle et l’affaiblissement des identités culturelles.
Pour ces raisons, le nom du département évoque la matérialité numérique et la centralité de l’information numérisée, qui, pouvant être traitée formellement, donne à la pensée le support extraordinaire des machines. Ces deux modes opératoires soutiennent la production et la recherche architecturale et permettent la transformation de l’édifice en un processus circulaire, continu et contrôlable, de sa conception au réemploi de ses parties, de son optimisation à son fonctionnement intelligent. Quel architecte sera le maître d’une telle innovation, aujourd’hui et dans l’avenir proche, est la question qu’on se pose avec les étudiants, sachant qu’ils seront bientôt eux-mêmes des facteurs de la réponse.

Monde(s) en mutation

Coordination département : François Gruson & Caroline de Saint Pierre Coordination PFE :  Marc Armengaud, François Gruson & Sandra Planchez Enseignants PFE : Marc Armengaud, Aurélien Davrius, Anne-Mie Dep …

en savoir plus...

Coordination département : François Gruson & Caroline de Saint Pierre

Coordination PFE :  Marc Armengaud, François Gruson & Sandra Planchez

Enseignants PFE : Marc Armengaud, Aurélien Davrius, Anne-Mie Depuydt, François Gruson, Dimitra Kanellopoulou, Steven Melemis, Sandra Planchez, Caroline de Saint Pierre Laurence Veillet.

Les questions de climats, de modes de vie, ou encore de numérique et leurs profondes évolutions au tournant du XXI ème siècle, modifient en profondeur notre rapport au monde et aux nouveaux mondes sans lesquels on ne peut plus concevoir, fabriquer, communiquer.

Aujourd’hui l’un des enjeux majeurs à l’échelle mondiale est celui de l’artificialisation des sols et de la gestion des ressources naturelles : une question plus que sensible pour l’architecte, qui pour construire, doit presque toujours évincer le naturel où sa trace, quels qu’en soient la taille et l’impact.

Au sein de Mondes(s) en Mutation, loin de la « Tabula Rasa » il s’agit de penser autrement le déjà-là : le reconsidérer, le rénover, le réemployer, le recycler, qu’il soit de nature immobilière ou paysagère, en gardant à hauteur d’approche la dimension poétique et habitée des lieux, et en interrogeant l’immanence et la permanence des choses.

Pour démêler cette complexité, seule une approche méthodique et pragmatique permet d’appréhender pleinement la situation contextuelle dans laquelle se trouvent les paysages, les sites et édifices. Une analyse rigoureuse des données de toutes sortes et à toutes les échelles permet d’identifier les enjeux et d’aboutir à des hypothèses fiables de transformation de ce déjà-là. Il constitue une entrée en matière forte, une posture affirmée par les étudiants et les enseignants de Mondes(s) en Mutation.

Ensemble, nous devons réfléchir sur des territoires et /ou des architectures qui, conçues hier, habitées aujourd’hui, seront capables de résilience et d’adaptation au(x) monde(s)et aux générations de demain.

Pratiques Architecturales, Situations et Stratégies (PASS)

Responsable : Xavier Gonzalez De l’utopie à la stratégie, les conditions contemporaines du projet La mission principale du Département PASS est d’assurer une formation des étudiants en master et PFE qui prépare …

en savoir plus...

Responsable : Xavier Gonzalez

De l’utopie à la stratégie, les conditions contemporaines du projet

La mission principale du Département PASS est d’assurer une formation des étudiants en master et PFE qui prépare des architectes professionnels, aptes à pratiquer leur métier dès l’obtention du titre et à s’engager intellectuellement dans les réflexions et débats autour de l’architecture et de la ville. Cette double responsabilité académique et professionnelle implique pour l’institution le maintien d’un niveau élevé d’exigences, tant pour ce qui relève des connaissances théoriques qu’en ce qui concerne les compétences pratiques. L’objectif principal du Département PASS est de former des architectes capables de s’adapter aux situations et aux thématiques les plus diverses par une approche méthodologique structurée, qui implique la maîtrise de l’interdépendance des échelles d’intervention : territoire-ville-architecture. Ce postulat doit permettre une adaptation optimale à des problématiques toujours plus complexes, non réductibles à un seul domaine d’appartenance mais appelant, toujours davantage, un faisceau de savoirs et des compétences croisées. Le caractère englobant de cette formation a pour finalité une grande flexibilité et une capacité d’adaptation dans le monde professionnel. Ce processus pourrait être regroupé autour d’un titre commun : « l’utopie du réel », ou si l’on préfère, « De l’utopie à la stratégie, les conditions contemporaines du projet ». Ce paradoxe associe la dimension expérimentale des sujets proposés et la confronte à des situations ou des réglementations réelles (densité, PLU, hauteur, programmes, données environnementales, outils, questions d’actualité). L’enseignement en Master et en PFE favorise le développement de ces sujets par un complément apporté en séminaire et les cours qui y sont associés, ce qui en facilite l’exploration. L’utopie et le réel, en théorie et en pratique : aborder à la fois le réel et son double utopique, avers et revers d’une même pièce, le projet. À quoi sert l’utopie ? À cheminer en s’arrachant au présent, à déposer ne serait-ce qu’un instant le fardeau d’un réel trop prévisible pour sortir de l’implication (dans le réel). Quoi qu’en ait le philosophe Clément Rosset, les hommes s’échinent toujours à penser le réel en double, avec la vague idée qu’il soit un peu différent de ce qu’il est vraiment – en somme à faire des projets. L’architecture a besoin de distance pour poser son regard sur le réel, et sans rapport au réel l’utopie ne serait qu’une fable consolatrice.

Théorie, Histoire, Projet (THP)

Responsable : Gilles Delalex Le département propose de tisser un lien singulier entre histoire et expérimentation. Il encourage les étudiants à développer des démarches originales et personnelles en mettant l&rsqu …

en savoir plus...

Responsable : Gilles Delalex

Le département propose de tisser un lien singulier entre histoire et expérimentation. Il encourage les étudiants à développer des démarches originales et personnelles en mettant l’accent sur l’usage critique des références, des textes et des modes de représentation. Il interroge le processus de conception lui-même et insiste sur la nécessité de réinventer les modes opératoires de l’architecte en développant des approches rigoureusement expérimentales.

La position de THP répond à la thèse d’une autonomie de l’architecture face aux idéologies qui l’entourent et d’une détermination de son histoire et de sa culture, par delà la succession des événements, des modes et des époques. Elle définit l’architecture comme une discipline en mouvement dont la connaissance repose sur une lecture critique de ces idéologies. Pour mieux les comprendre, elle fait intervenir l’histoire non pas comme un récit du passé, mais comme un mode d’interrogation permanent.

Le département assume ainsi une distance critique vis-à-vis des pratiques professionnelles, de l’actualité et des problématiques d’agence. Cette distance vise à doter les étudiants d’une conscience aiguë des spécificités du champ de l’architecture afin de les aider à se situer au sein d’un spectre d’expertises qui ne cesse de s’élargir : de l’urbanisme au décor, du paysage à l’objet, de la critique à la recherche.

Transitions

Responsable : Robert Le Roy Plus personne ne doute que l’activité humaine produit des impacts irréversibles sur la biosphère et que le niveau actuel de consommation des ressources n’est pas soutenable sur le long …

en savoir plus...

Responsable : Robert Le Roy

Plus personne ne doute que l’activité humaine produit des impacts irréversibles sur la biosphère et que le niveau actuel de consommation des ressources n’est pas soutenable sur le long terme. De nombreux programmes de recherche publique sont financés pour tenter de trouver différentes parades à ce mouvement qui apparaît inéluctable. Selon nous, l’étude des évolutions complexes et rapides de notre environnement géophysique, économique et social, ne doit pas être réservée aux seuls universitaires des sciences de l’ingénieur ou des sciences humaines et sociales, mais doit être aussi approfondie au sein des écoles d’architecture dans une approche transversale et aux interfaces entre les disciplines. Dans cet objectif, le département Transitions choisit d’inclure les sciences de l’environnement dans son enseignement et d’approfondir les liens étroits entre ces dernières et la conception architecturale. Il s’efforce de s’alimenter des nouveaux savoirs en la matière, notamment au travers de la recherche, et de les traduire en propositions pédagogiques. Composé d’enseignants chercheurs dans les champs de l’ingénierie civile et environnementale, de la conception architecturale, de l’histoire et des sciences humaines et sociales, le département cherche à tirer profit de cette diversité en cultivant une synergie de ses compétences.

Actualités1

{{title}}

{{message}}

{{validate.label}}
{{cancel.label}}

{{title}}

{{message}}

Ete vous sure

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×