> Archi-Folies 2024 > Accueil Archi-Folies 2024 > Le pavillon de l’escrime

Le pavillon de l’escrime

Le geste fait forme

Le pavillon conçu par l’École d’architecture Paris-Malaquais est celui de la Fédération française d’escrime. À l’image de la danse du fleuret dans l’espace, les étudiants ont choisi de de …

en savoir plus...

Le pavillon conçu par l’École d’architecture Paris-Malaquais est celui de la Fédération française d’escrime.

À l’image de la danse du fleuret dans l’espace, les étudiants ont choisi de dessiner un pavillon aux formes courbes et élancées. Les courbes rappellent le mouvement très codifié, presque chorégraphié, des escrimeurs et de leurs armes sur la piste. Les spectateurs sont invités à entrer et suivre le parcours scénographique, puis à s’asseoir sur les gradins ouverts sur l’espace central.

Un matériau détourné

Les étudiants ont choisi de détourner un matériau « peu noble », la tôle métallique pour la revaloriser en tant qu’élément porteur. C’est à dire que c’est la tôle qui soutient le poids du p …

en savoir plus...

Les étudiants ont choisi de détourner un matériau « peu noble », la tôle métallique pour la revaloriser en tant qu’élément porteur. C’est à dire que c’est la tôle qui soutient le poids du pavillon. Pour des raisons économiques et écologiques, les étudiants ont réinventé l’usage de ce matériau généralement réservé au parement de façades.

Cette tôle est mise en œuvre en étant intégrée entre deux planches de bois contreplaqué. Cela crée un module type. Ces modules seront répartis sur toute la surface du pavillon et reposeront sur des refends : éléments en bois servant à porter l’ensemble du pavillon.

 

Un cours rassemblant huit étudiants de Master 1 a été spécialement dédié aux questions de structure, d’assemblages et de réemploi du pavillon. Ce groupe a notamment réfléchi à la structure générale, en collaboration avec les partenaires du projet, pour assurer la sécurité des visiteurs pendant l’évènement.

Les étudiants ont ensuite travaillé sur les assemblages des modules en tôle acier et bois contreplaqué. Ce travail s’est conclu par la fabrication de différents prototypes en variant les assemblages, et dont les performances ont été testées et comparées à l’École des Ponts Paris-Tech pour trouver la meilleure solution. Ce cours a également permis de penser les manières de réemployer le pavillon ou ces composants à la fin de l’évènement Archi-Folies, en établissant des stratégies et des documents visant à faciliter la réutilisation du projet.

Le réemploi comme guide de conception

Pour des raisons écologiques, les matériaux utilisés pour la construction sont des matériaux réemployés. Ils proviennent de bâtiments en cours de démolition et vont vivre dans le pavillon une seconde vie, plutôt …

en savoir plus...

Pour des raisons écologiques, les matériaux utilisés pour la construction sont des matériaux réemployés. Ils proviennent de bâtiments en cours de démolition et vont vivre dans le pavillon une seconde vie, plutôt que d’être jetés. L’empreinte carbone du projet est ainsi fortement réduite.

Certains matériaux sont également déclassés, ils sortent d’usines mais ont été écartés de la vente pour des défauts esthétiques par exemple. En leur trouvant un usage dans le pavillon nous leur évitons d’être jetés ou incinérés.

Par ailleurs, dans le respect du Plan héritage et durabilité de Paris 2024, les pavillons seront démontés après les Jeux Olympiques et Paralympiques, puis remontés afin de devenir de petits équipements de proximité dans les territoires ou d’être recyclés.

Un emplacement central

Pour implanter son pavillon, chaque école dispose d’un emplacement carré de 11,25 mètres de côté. Tous ces carrés sont alignés sur les folies déjà présentes dans le parc, et répartis sur deux travées di …

en savoir plus...

Pour implanter son pavillon, chaque école dispose d’un emplacement carré de 11,25 mètres de côté. Tous ces carrés sont alignés sur les folies déjà présentes dans le parc, et répartis sur deux travées distinctes.

La parcelle de l’école Paris-Malaquais, la parcelle n°6, se situe au centre de l’allée qui longe le canal de l’Ourcq.  Cette place de choix est entourée par l’École d’architecture de Marseille (pavillon de la Fédération française de voile) et l’École d’architecture de Paris Val-de-Seine (pavillon de la Fédération française de boxe) . Les étudiants de Malaquais travaillent de concert avec les équipes Archi-Folies de ces deux écoles afin de proposer une fluidité dans le parcours et une succession cohérente de pavillons.

Un deck commun à tous les projets permettra aux visiteurs de circuler d’un pavillon à l’autre. Ce chemin en bois accessible à tous par des rampes desservira tous les pavillons d’une même allée. Il marque également une séparation entre la prairie et les espaces construits dédiés aux fédérations.

La genèse du pavillon

Le projet Archi-Folies a débuté à l’école d’architecture Paris-Malaquais au cours de l’année universitaire 2022-2023. Deux étudiants de dernière année, Loris Bollengier et Bachir Souaji se sont sais …

en savoir plus...

Le projet Archi-Folies a débuté à l’école d’architecture Paris-Malaquais au cours de l’année universitaire 2022-2023. Deux étudiants de dernière année, Loris Bollengier et Bachir Souaji se sont saisi du sujet dans le cadre de leur projet de fin d’études (PFE) réalisé en binôme.
Ils ont alors conçu une première version du pavillon. Ce travail a servi de base, à la rentrée universitaire 2023, au groupe d’étudiants qui a repris le projet pour le mener à son terme.

L’évolution de la forme du pavillon

 

Comment nous aider

en savoir plus...

Que vous soyez un particulier ou une entreprise, les étudiants de l’École d’architecture Paris-Malaquais seraient honorés de pouvoir compter sur votre soutien.

{{title}}

{{message}}

{{validate.label}}
{{cancel.label}}

{{title}}

{{message}}

Ete vous sure

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×