> École > Productions > À l’ENSA Paris-Malaquais

Productions - À l’ENSA Paris-Malaquais

© photos : Bruno Weiss ENSA Paris-Malaquais (sauf mention contraire ci-dessous)

 

 

Année universitaire 2019-2020

en savoir plus...

Maquettes en sucres, en legos et autres moyens du bord pendant le confinement (avril-mai 2020)

« Aucun de nous ne peut savoir ce que sera l’art de demain. Tout ce que l’on peut faire, c’est léguer le plus de savoir possible de façon que les jeunes soient équipés pour inventer.  » Vincent …

en savoir plus...

« Aucun de nous ne peut savoir ce que sera l’art de demain. Tout ce que l’on peut faire, c’est léguer le plus de savoir possible de façon que les jeunes soient équipés pour inventer.  » Vincent BIOULES*

Les étudiants en P4, projets d’habitations, ont relevé le défi de produire des maquettes avec ce qu’ils avaient sous la main pour leurs TD pendant le confinement. L’objectif est une exploration en maquettes d’architectures remarquables, à partir de documents d’archives : maquettes de structure et éléments de façade au 1/50, de distribution 1/50 et maquettes de détails au 1/33. Les enseignants de ces TD préparent un recueil de tous les travaux produits que nous partagerons prochainement avec vous.
> Album photos 1 : maquette en sucres début du projet et travaux du groupe encadré par Iris Lacoudre
> Album photos 2 : travaux du groupe encadré par Maria Salerno

* Vincent BIOULES, artiste peintre, co-fondateur du groupe support-surface, enseignant à l’ENSBA, se revendique aujourd’hui paysagiste, citation extraite de son portrait dans Libération, 24 juillet 2006

© photos : encadrants et étudiants des TD

Révéler l’architecture de la santé

Le développement « Révéler l’architecture de la santé » s’inscrit dans le cadre d’une collaboration avec l’Agence régionale de santé (ARS), la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) d’Î …

en savoir plus...

Le développement « Révéler l’architecture de la santé » s’inscrit dans le cadre d’une collaboration avec l’Agence régionale de santé (ARS), la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) d’Île-de-France (qui délivrent le label « Culture et Santé en Île-de-France » à des établissements de santé de la région investis dans la mise en œuvre d’une politique artistique et culturelle) et l’association « Arts et Santé, La Manufacture ».
Ce jeudi 27 février les partenaires de cet enseignement et les référents culturels de huit établissements de santé franciliens récompensés ont présenté les spécificités de leurs établissements aux étudiants.

Il s’agissait pour les étudiants d’une première découverte des lieux dans lesquels ils vont s’immerger durant ce semestre afin de produire une vidéo, témoignant de leur regard personnel sur l’architecture de ces lieux. En s’appuyant sur l’histoire de chaque établissement, sur des entretiens d’architectes, de personnes qui y travaillent ou y vivent, ou en imaginant des fictions, les étudiants apprennent ainsi à parler d’architecture, mais aussi à se forger un regard critique, à comprendre comment une architecture de la santé naît de règles et de normes spécifiques et à concevoir des espaces qui répondent aux besoins des utilisateurs.

Enseignantes responsables : Joanne Vajda et Anne-Lise Seusse

Journée d'expérimentation avec l’atelier Amàco pour 5 studios de P2

Transformer la matière en matériaux

Le 24 février dernier, 5 studios de P2 « Matérialités et cultures constructives » ont commencé leur semestre avec l’atelier Amàco en explorant, par la manipulation, les enjeux de la terre comme matière à const …

en savoir plus...

Transformer la matière en matériaux

Le 24 février dernier, 5 studios de P2 « Matérialités et cultures constructives » ont commencé leur semestre avec l’atelier Amàco en explorant, par la manipulation, les enjeux de la terre comme matière à construire.
La journée s’est déroulée en 3 temps : ateliers encadrés, conférences et ateliers créatifs.
A travers les ateliers du matin, les étudiants ont expérimenté le lien entre l’état hydrique d’une terre et la technique de mise en œuvre et ainsi interrogé les différentes propriétés de la matière en grains lorsqu’elle est associée à l’eau, aux liants minéraux et aux fibres. L’après-midi, pour explorer plus avant les potentialités de ces matériaux à l’égard des différents usages pour l’architecture, ils se sont exercés à la fabrication de blocs de pisé, d’adobes et de terre allégée
Les encadrants de l’atelier Amàco présents pour la journée ont également partagé leur expertise à travers 2 conférences : « La terre : matière à construire » par Léo Boulicot et  » Bâtir en fibres végétales, du brin d’herbe à l’architecture » par Aurélie Vissac.

Avec les enseignants : Arnaud Bical, Dimitra Kanellopoulou, Adrien Quaglia, Joanne Vajda, Ariane Wilson ainsi que les enseignants de TD de P2 : Andrej Bernik, Pierre-Alain Bouchetard, Pierre Klein, Bertille Prévost et les encadrants de l’atelier Amàco : Sophie Bioul, Léo Boulicot et Aurélie Vissac.

Les intensifs intercycles de février

La semaine du 10 février a été exclusivement consacrée à l’école aux « Intensifs », comme c’est le cas à chaque inter-semestre. Les étudiants ont pu choisir parmi 20 propositions différentes pour cette s …

en savoir plus...

La semaine du 10 février a été exclusivement consacrée à l’école aux « Intensifs », comme c’est le cas à chaque inter-semestre.

Les étudiants ont pu choisir parmi 20 propositions différentes pour cette semaine d’ouverture et d’expérimentation.

Retrouvez ici la présentation des travaux issus de certains de ces intensifs

© photos : encadrants et étudiants des intensifs

——————————————————————

Que sont les « Intensifs intercycles » ?

Il s’agit d’enseignements via des pratiques expérimentales pendant une semaine consacrée à une seule activité : laboratoires, observations critiques, projets spéciaux, etc. Cette semaine à l’inter-semestre est entièrement dédiée aux intensifs, aucun autre enseignement n’interfère.

Ce changement de rythme permet aux étudiants de découvrir de nouveaux contenus et de nouvelles formes d’enseignements avec pour objectifs le questionnement et le renouvellement des rapports avec la discipline architecturale ainsi qu’avec des disciplines peu abordées en cursus d’architecture (arts visuels, espace sonore, écriture, cinéma, spectacle vivant, etc.).

Les intensifs sont « intercycles », on peut donc, au sein d’un même groupe trouver des élèves de la 1e année (Licence) à la 4e année (Master). Ils encouragent ainsi les échanges entre les différentes promotions d’étudiants, de même qu’avec l’ensemble des enseignants et permettent par ailleurs des rencontres enrichissantes avec de nombreux intervenants extérieurs.

Totalement indépendants, les intensifs ne doivent nécessiter aucun prérequis ou rattachement à une autre unité d’enseignement. Cet aspect libre et détaché est garant, pour les étudiants, de motiver leur potentiel de créativité et pour les encadrants, de révéler leur capacité à proposer d’autres formes pédagogiques.

Ces enseignements intensifs sont inscrits dans le programme de l’école et l’étudiant doit en acquérir 3 durant son cursus Licence- Master.
Ils donnent lieu pour chacun d’entre eux à une production et une évaluation.

Lauréats du concours interne organisé avec ConstruirAcier : nouvelle passerelle pour le site de Tintagel Castle (GB)

Dans le cadre de l’enseignement D3/5 « Constructions métalliques », resp. Matteo Porrino, ce concours interne a récompensé : 1er prix : Chiara Todisco – Chiara D’Anna ; 2e prix : Noémie Marques – …

en savoir plus...

Dans le cadre de l’enseignement D3/5 « Constructions métalliques », resp. Matteo Porrino, ce concours interne a récompensé :

1er prix : Chiara Todisco – Chiara D’Anna ;

2e prix : Noémie Marques – Flore Teyssendier de la Serve ;

3e prix : Clara Boutier – Manon Ferré.

Le jury était composé, pour ses membres externes, de Aurélie Rogel, Rossella Gotti, Marc Malinowsky et Adrien Quaglia. Le montant des prix de 1200 € a été mis à disposition par ConstruirAcier, association pour la promotion de l’acier dans l’architecture, le bâtiment et les travaux publics.

Planches projet 1er prix

ConstruirAcier

Lauréats du Prix Fondation Rougerie / promotion Léonard de Vinci

Paul Laminie et Isaac Barbet, étudiants du studio de P8-2019  « Réensauvager Ischia », ont remporté le Grand Prix d’architecture pour l’innovation de la Mer de la Fondation Jacques Rougerie 2019, remi …

en savoir plus...

Paul Laminie et Isaac Barbet, étudiants du studio de P8-2019  « Réensauvager Ischia », ont remporté le Grand Prix d’architecture pour l’innovation de la Mer de la Fondation Jacques Rougerie 2019, remis sous la présidence de Jacques Rougerie et Dominique Perrault. Ce studio de projet, qui s’est déroulé dans le cadre du programme international Villard, était encadré par Nicolas Gilsoul, avec la complicité de l’enseignant Philippe Trétiack.

« Même pas peur ! » - Installations d'étudiants de L2 et L3 à la Maison des Métallos

Du 14 au 31 janvier 2020, une dizaine d’installations des étudiants de L2 et L3 qui ont suivi le développement « Même pas peur » avec Rafaël Magrou et Joanne Vajda, étaient présentées à la Maison des M …

en savoir plus...

Du 14 au 31 janvier 2020, une dizaine d’installations des étudiants de L2 et L3 qui ont suivi le développement « Même pas peur » avec Rafaël Magrou et Joanne Vajda, étaient présentées à la Maison des Métallos.

Les étudiants ont travaillé sur les notions d’inconfort/réconfort, d’insécurité/sécurité, imaginant et réalisant des dispositifs spatiaux qui permettent au public d’expérimenter des situations anxiogènes dans le cadre du programme créé par les artistes Marguerite Bordat et Pierre Meunier « On prend son courage à deux mains ».

© photos : enseignants et étudiants du développement

Jury de projet "Des univers scénographiques" en collaboration avec la Comédie Française

Le 31 janvier, a eu lieu le jury externe de projet du studio “Des univers scénographiques” (P7-P9), mené en collaboration avec la Comédie-Française. Les étudiants ont présenté leurs projets face à Eric Ruf, a …

en savoir plus...

Le 31 janvier, a eu lieu le jury externe de projet du studio “Des univers scénographiques” (P7-P9), mené en collaboration avec la Comédie-Française. Les étudiants ont présenté leurs projets face à Eric Ruf, administrateur général de la Comédie-Française, scénographe et metteur en scène ; Christine Montalbetti, auteure du texte étudié « La Conférence des Objets » (P.O.L., 2019) et maître de conférence en littérature française (Université Paris VIII), et Marine Jubin, responsable du service éducatif à la Comédie-Française.

Enseignant : Rafaël Magrou

Jurys de projets de fin de 1er semestre

Fin janvier 2020 se sont déroulés les jurys de projet P1 de fin de semestre : les étudiants de Licence 1 ont présenté à leurs enseignants leur projet réalisé au premier semestre.

en savoir plus...

Fin janvier 2020 se sont déroulés les jurys de projet P1 de fin de semestre : les étudiants de Licence 1 ont présenté à leurs enseignants leur projet réalisé au premier semestre.

Restitution de la deuxième édition du développement "Lycées franciliens – témoins d’histoire et outils pédagogiques"

Le jeudi 23 janvier, après un semestre d’interactions dans les lycées engagés dans le dispositif, les étudiants de L2&3 et leurs interlocuteurs lycéens ont présenté le contenu, les méthodes et le résultat …

en savoir plus...

Le jeudi 23 janvier, après un semestre d’interactions dans les lycées engagés dans le dispositif, les étudiants de L2&3 et leurs interlocuteurs lycéens ont présenté le contenu, les méthodes et le résultat de ces opérations de médiation architecturale, dans le cadre du partenariat de l’école avec la Région Île-de-France. Comme l’an dernier, une exposition présentera au printemps la restitution des échanges issus de cet enseignement.

Encadré par les enseignants : Laurence Veillet et Guillaume de la Force.

"Transmissions" : travaux d'étudiants au Jeu de Paume

Dans le cadre d’un partenariat avec le Jeu de Paume autour de l’exposition de Zineb Sedira « L’espace d’un instant », l’espace éducatif du musée a présenté, les 17 et 18 janvier 2020, la resti …

en savoir plus...

Dans le cadre d’un partenariat avec le Jeu de Paume autour de l’exposition de Zineb Sedira « L’espace d’un instant », l’espace éducatif du musée a présenté, les 17 et 18 janvier 2020, la restitution de travaux des L2 et L3 réalisés dans le cadre du H5 « construire/raconter un monde ».
Il s’agissait pour les étudiants de s’approprier l’exposition de Zineb Sedira pour un travail d’analyse et de médiation auprès des autres étudiants.

Plusieurs rencontres, avec la commissaire de l’exposition Pia Viewing et des conférenciers du musée ont jalonné le travail de ces étudiants appelés à produire des images et à mettre leur production en perspective
Certains se sont intéressés aux installations inédites de Zineb Sedira dans l’exposition, d’autres se sont saisis de la question de l’identité grâce au portrait. Le thème de la transmission a également été abordé au travers d’archives personnelles et de propositions scénographiques.

Encadré par l’enseignante : Anne-Lise Seusse

© photo : Alec Marzin Corre

Visite nocturne guidée par les étudiants de l'exposition Kiki Smith à La Monnaie - 11 quai Conti

Le mercredi 8 janvier 2020, dans le cadre du cours « médiation culturelle » (S3/S5), organisé par Aurélien Davrius, des étudiants de L2 et L3 ont assuré la médiation d’une visite en nocturne de l’ex …

en savoir plus...

Le mercredi 8 janvier 2020, dans le cadre du cours « médiation culturelle » (S3/S5), organisé par Aurélien Davrius, des étudiants de L2 et L3 ont assuré la médiation d’une visite en nocturne de l’exposition Kiki Smith à la Monnaie de Paris.

Exercice « Habitacles » pour les étudiants de Licence 1, dans le cadre du Studio de projet P1 : « Observer, décrire, concevoir, expérimenter »

Mi-décembre, les étudiants de Licence 1 se sont prêtés à l’exercice des « Habitacles », surnommés aussi les « Cabanes ». Pour ce travail les étudiants conçoivent par groupes de quatre un habitacle d …

en savoir plus...

Mi-décembre, les étudiants de Licence 1 se sont prêtés à l’exercice des « Habitacles », surnommés aussi les « Cabanes ». Pour ce travail les étudiants conçoivent par groupes de quatre un habitacle d’environ 6 m2. Ils imaginent son espace intérieur et la manière de l’occuper, mais aussi la cohabitation des différents habitacles dans la salle qui les accueille. Ils mettent au point la structure et l’enveloppe de leur habitacle à partir d’un nombre donné de plaques de carton qui leur sont fournies. Le jour dit, les étudiants assurent le montage des différents habitacles, les occupent, documentent leur réalisation, avant de les démonter en veillant à récupérer le plus de plaques de carton possible.

Voyage pédagogique à Addis-Abeba, Éthiopie

Le studio de projet P7/9 : « Addis-Abeba, Ethiopie », développe depuis trois ans des projets en Ethiopie, en collaboration avec l’EIABC (15 étudiants en cycle master de l’Ethiopian Institute of Architecture, Buil …

en savoir plus...

Le studio de projet P7/9 : « Addis-Abeba, Ethiopie », développe depuis trois ans des projets en Ethiopie, en collaboration avec l’EIABC (15 étudiants en cycle master de l’Ethiopian Institute of Architecture, Building Construction and City Development d’Addis Abeba).

Cet enseignement propose aux étudiants de :
> développer un regard analytique sur des situations éloignées des environnements dans lesquels ils évoluent ;
> quitter leurs points de vues préconçus ;
> construire un environnement critique à partir du regard subjectif entrelacé à des protocoles de vérifications objectives ;
> se poser la question de la légitimité de développer un projet de transformation d’une situation réelle si loin de nos cultures habituelles ;
> analyser / projeter.

Pour mener à bien ce projet et ces échanges, les 15 étudiants impliqués de l’ENSA Paris-Malaquais font un voyage de 2 semaines en Ethiopie au mois d’octobre et les 15 étudiants éthiopiens viennent ensuite passer 2 semaines à Paris.
Le projet sur lequel les étudiants travaillent et qui devra se réaliser, est une école élémentaire pour de jeunes orphelins accueillis dans un monastère orthodoxe à 300 km au nord d’Addis Ababa.

Photos d’illustration prises au cours des voyages pédagogiques de ces trois dernières années
© Pierre David

Interactions avec des lycées franciliens, lors des Journées nationales de l'architecture

Dans le cadre des Journées Nationales de l’Architecture, les étudiants de licence inscrits au développement D3/5 : « Lycées franciliens, témoins d’histoire et outils pédagogiques » ont reçu le vendredi 18 …

en savoir plus...

Dans le cadre des Journées Nationales de l’Architecture, les étudiants de licence inscrits au développement D3/5 : « Lycées franciliens, témoins d’histoire et outils pédagogiques » ont reçu le vendredi 18 octobre les classes de lycéens avec lesquels ils vont interagir tout le semestre.

Ce développement élaboré dans le cadre d’un partenariat avec la Région Ile de France est destiné à développer les qualités de communication et de médiation culturelle des étudiants en architecture ainsi qu’à sensibiliser les lycéens à l’architecture, en portant un nouveau regard sur leur lycée.

Après une visite du site historique, les étudiants ont présenté leur école en tant que lieu d’enseignement.

Encadré par les enseignants : Laurence Veillet, avec Marie Artuphel, Ariela Katz, Pascal Laurent, Marika Rupeka et Guillaume de la Force

Visites en présence de représentantes de la Région Ile-de-France, service de l’Inventaire.

Travaux produits par les étudiants lors des intensifs numériques

Fin septembre, l’espace dit « la mezzanine » du bâtiment Perret a accueilli l’exposition des mobiliers produits par les étudiants dans le cadre des intensifs inter-cycles numériques. Pratiques expérimentales …

en savoir plus...

Fin septembre, l’espace dit « la mezzanine » du bâtiment Perret a accueilli l’exposition des mobiliers produits par les étudiants dans le cadre des intensifs inter-cycles numériques.

Pratiques expérimentales d’une semaine, les intensifs inter-cycles sont l’occasion d’étudier, explorer, modéliser et construire en dehors des enseignements habituels. Ils favorisent la rencontre entre les différentes promotions d’étudiants, d’autres enseignants et des intervenants extérieurs.

Encadré par les enseignants : Thierry Ciblac et Ahmed Abouelkheir et l’équipe pédagogique de l’intensif

Année universitaire 2018-2019

en savoir plus...

Jury des Projets de fins d'études

A la fin du mois de juin se sont déroulées les soutenances des projets de fin d’études (PFE) durant lesquelles les étudiants en master 2 présentent leur projet devant leur jury pour l’obtention de leur diplôme …

en savoir plus...

A la fin du mois de juin se sont déroulées les soutenances des projets de fin d’études (PFE) durant lesquelles les étudiants en master 2 présentent leur projet devant leur jury pour l’obtention de leur diplôme.

Séminaire VILLARD 20 : "In Fragilia : Reconstructing Through the Waters of ISCHIA"

Dans le cadre du séminaire VILLARD 20 sur le thème « In Fragilia : Reconstructing Through the Waters of ISCHIA », les étudiants du P7-P9, studio de Maria Salerno et du P8, studio de Nicolas Gilsoul, ont exposé le …

en savoir plus...

Dans le cadre du séminaire VILLARD 20 sur le thème « In Fragilia : Reconstructing Through the Waters of ISCHIA », les étudiants du P7-P9, studio de Maria Salerno et du P8, studio de Nicolas Gilsoul, ont exposé leurs projets à Naples du 20 au 26 juin. Les travaux ont été examinés par un jury qui a attribué à l’ENSA Paris-Malaquais une mention spéciale pour l’ensemble des projets présentés, pour leur positionnement original et engagé sur l’ensemble de l’île et au-delà du périmètre d’études.

Exposition des étudiants de première année au Palais des études

À l’occasion d’une exposition le 17 juin au Palais des études, les étudiants de première année ont présenté l’ensemble des travaux réalisés dans le cadre des cinq exercices du studio, du cours et des TD. L …

en savoir plus...

À l’occasion d’une exposition le 17 juin au Palais des études, les étudiants de première année ont présenté l’ensemble des travaux réalisés dans le cadre des cinq exercices du studio, du cours et des TD. Le contenu de l’exposition comme sa scénographie ont été conçus par les étudiants.
Enseignement encadré par : Valéry Didelon, Joanne Vajda, Rafael Magrou, Steven Melemis, Aurélie Eckenschwiller, Ariela Katz et Georgi Stanishev.

Développement « Renouveler l’urbain »

Mettre en jeu les espaces, les récits, les acteurs d’un quartier en transformation : restitution du travail des étudiants

Les étudiants en semestre S4/6 encadrés par Alice Sotgia, maître de conférences associée, ont conçu deux jeux de plateau pour mettre en dialogue les enjeux et les données découverts lors de l’analyse d’un pro …

en savoir plus...

Mettre en jeu les espaces, les récits, les acteurs d’un quartier en transformation : restitution du travail des étudiants

Les étudiants en semestre S4/6 encadrés par Alice Sotgia, maître de conférences associée, ont conçu deux jeux de plateau pour mettre en dialogue les enjeux et les données découverts lors de l’analyse d’un processus de rénovation urbaine à Pantin.
La présentation du projet a eu lieu le mercredi 12 juin en mezzanine du bâtiment Perret et le vendredi 14 juin à la Maison des projets de l’îlot 27-23 bis rue Auger à Pantin.

Jeux dans le Jardin des Tuileries

Les étudiants de licence ont expérimenté en mai 2019 les jeux qu’ils avaient conçus dans le cadre de leur studio de projet P2. Retour en images sur ces expériences ludiques au Jardin des Tuileries.

en savoir plus...

Les étudiants de licence ont expérimenté en mai 2019 les jeux qu’ils avaient conçus dans le cadre de leur studio de projet P2.
Retour en images sur ces expériences ludiques au Jardin des Tuileries.

Les étudiants de l'ENSA Paris-Malaquais à l'œuvre dans les hôpitaux

Vingt-deux étudiants de l’ENSA Paris-Malaquais ont rencontré les référents culturels des neuf établissements labellisés de l’année. Dans le cadre d’une formation-action, référents régionaux du pro …

en savoir plus...

Vingt-deux étudiants de l’ENSA Paris-Malaquais ont rencontré les référents culturels des neuf établissements labellisés de l’année. Dans le cadre d’une formation-action, référents régionaux du programme et enseignants de l’école ont imaginé ensemble un module « Révéler l’architecture de la santé », fortement plébiscité par les élèves. Des équipes de futurs architectes sont donc partis en mission sur site au cours des mois de mai et juin 2019 afin de proposer, au gré de leur imagination et de celle de leur établissement d’accueil, des lectures architecturales, un travail de signalétique, une réflexion sur l’ouverture à la ville, ou encore un diagnostic sur les circulations…

"Concevoir, expérimenter et réaliser des habitacles"

Exercice « Habitacles » pour les étudiants de Licence 1, dans le cadre du Studio de projet P1 : « Observer, décrire, concevoir, expérimenter ». Le 18 mars 2019, les étudiants de première année ont monté leurs …

en savoir plus...

Exercice « Habitacles » pour les étudiants de Licence 1, dans le cadre du Studio de projet P1 : « Observer, décrire, concevoir, expérimenter ».
Le 18 mars 2019, les étudiants de première année ont monté leurs réalisations au sein du bâtiment Perret dans l’école.
Enseignants : Aurélie Eckenschwiller, Valéry Didelon, Ariela Katz, Rafaël Magrou, Georgi Stanishev et Joanne Vajda.

 

 

L’intensif inter-cycles « Les zomes. Une approche morphologique »

Pratiques expérimentales d’une semaine, le module de l’intensif était l’occasion d’étudier, explorer, modéliser, construire en dehors des enseignements habituels. Il a favorisé la rencontre entre …

en savoir plus...

Pratiques expérimentales d’une semaine, le module de l’intensif était l’occasion d’étudier, explorer, modéliser, construire en dehors des enseignements habituels. Il a favorisé la rencontre entre les différentes promotions d’étudiants, d’autres enseignants et des intervenants extérieurs.

Lors de l’intensif inter-cycles ayant eu lieu du 4 au 8 février 2019 intitulé « Les zomes. Une approche morphologique », les enseignants Jean-Jacques Dupas, Robert March et Thierry Ciblac, ont permis aux étudiants de créer une structure à grande échelle : un hexacontaèdre tronqué. S’est donc trouvé en haut de l’escalier Melpomène dans l’enceinte de l’école, un polyèdre à 72 faces (60 hexagones irréguliers, 12 pentagones réguliers), fait en carton et adhésif uniquement.

"Aux commandes (dans le périurbain)!"

Présentation P7/9 à la mairie de Chaumes-en-Brie

Garance Champlois et Lorenza Kerdranvat, étudiantes du studio P7/9 « Aux commandes (dans le périurbain)! », encadré par Loïse Lenne et Joanne Vajda, ont présenté le travail effectué par l’ensemble du gro …

en savoir plus...

Présentation P7/9 à la mairie de Chaumes-en-Brie

Garance Champlois et Lorenza Kerdranvat, étudiantes du studio P7/9 « Aux commandes (dans le périurbain)! », encadré par Loïse Lenne et Joanne Vajda, ont présenté le travail effectué par l’ensemble du groupe à la mairie de Chaumes-en-Brie devant Monsieur le Maire François Venanzuola et son équipe municipale, le 23 février 2019, dans le cadre du semestre. Elles ont également eu l’opportunité de présenter leurs projets et de s’entretenir avec l’ensemble de l’équipe municipale, ce qui leur a permis de se confronter avec la réalité de leur futur exercice professionnel.

 

Concours interne « Un pavillon démontable pour expositions d'art contemporain »

Trois équipes d’étudiants ont été récompensées lors du jury du concours interne « Un pavillon démontable pour expositions d’art contemporain », organisé dans le cadre de l’enseignement D7 «  …

en savoir plus...

Trois équipes d’étudiants ont été récompensées lors du jury du concours interne « Un pavillon démontable pour expositions d’art contemporain », organisé dans le cadre de l’enseignement D7 « Constructions métalliques » dispensé par Matteo Porrino et Nadja Gaudillière, le jeudi 24 janvier 2019.

Les lauréates sont Imma Di Somma, 1er prix, Constance Dangy, 2e prix, Emma Gonzalez et Marta Monteleone, 3e prix. Chaque participant a reçu un prix en argent, mis à disposition par ConstruirAcier, ainsi que des monographies techniques sur les charpentes métalliques en architecture. Le montant global des prix de 1200 euros et les publications ont été mis à disposition par ConstruirAcier, association loi 1901 ayant pour objectif de promouvoir l’utilisation de l’acier dans les ouvrages de construction du bâtiment et des travaux publics.

Visuels projet lauréat, Structure plissée en acier inox pour la cour carrée du Louvre, Imma Di Somma et deuxième prix, Pavillon dôme réglable à la Défense, Constance Dangy.

Développement "Lycées franciliens – témoins d’histoire et outils pédagogiques"

Restitution par les étudiants de semestre 3 et 5 / jeudi 17 janvier 2019

L’ENSA Paris-Malaquais est partenaire de la Région Ile-de-France sur des actions de médiation sur l’architecture dans les lycées franciliens. Ce partenariat nous engage sur plusieurs années. Tous les ans 10 lyc …

en savoir plus...

Restitution par les étudiants de semestre 3 et 5 / jeudi 17 janvier 2019

L’ENSA Paris-Malaquais est partenaire de la Région Ile-de-France sur des actions de médiation sur l’architecture dans les lycées franciliens. Ce partenariat nous engage sur plusieurs années.

Tous les ans 10 lycées sélectionnés par la Région – service de l’Inventaire, pour leurs qualités architecturales (label Patrimoine du XXe siècle) sont sollicités, et des actions différentes dans chaque établissement se mettent en place, suivant les interlocuteurs volontaires, les problématiques locales et les types de classes. Nous sommes dans la phase d’expérimentation de ce partenariat, puisque c’est la première année de sa mise en place.

Encadrés par Laurence Veillet, architecte enseignante à l’ENSA Paris-Malaquais, les étudiants de semestre 3 et 5 ont organisé une séance de restitution des interactions opérées le jeudi 17 janvier 2019. Y étaient invités nos partenaires du service de l’Inventaire de la Région Ile-de-France, les représentants des rectorats de l’académie de Paris, Créteil et Versailles, les proviseurs des lycées sollicités et les enseignants en charge des classes participantes.

À cette occasion les étudiants et les lycéens volontaires de chaque classe participante ont présenté les interactions opérées.

Une exposition retraçant cette expérimentation est prévue en avril dans les locaux de la Région.

Jurys de projets de fin de 1er Semestre

En janvier se sont déroulés les jurys internes et externes des studios de projets de Master et de Licence. Retrouvez une sélection en image de ces temps forts.

en savoir plus...

En janvier se sont déroulés les jurys internes et externes des studios de projets de Master et de Licence. Retrouvez une sélection en image de ces temps forts.

Une journée au Louvre pour les étudiants de Master - Développement "Scénographie d'exposition"

Dans le cadre du développement « Scénographie d’exposition » coordonné par l’enseignant Yann Rocher en collaboration avec Thierry Leviez, responsable de la programmation artistique à l’école des Be …

en savoir plus...

Dans le cadre du développement « Scénographie d’exposition » coordonné par l’enseignant Yann Rocher en collaboration avec Thierry Leviez, responsable de la programmation artistique à l’école des Beaux-Arts.

Accueillis par les équipes du Louvre ce mercredi 9 janvier, les étudiants en Master 1 ont découvert la Petite Galerie et les ateliers muséographiques du musée.

Visite par des lycéens du studio de P7/9 "Aux commandes (dans le périurbain)!"

Les élèves et enseignants d’une classe de 1ère du lycée Prony d’Asnières sont venus accompagnés d’Hervé Duval dans le studio de P7/9 « Aux commandes (dans le périurbain)! » animé par Joanne …

en savoir plus...

Les élèves et enseignants d’une classe de 1ère du lycée Prony d’Asnières sont venus accompagnés d’Hervé Duval dans le studio de P7/9 « Aux commandes (dans le périurbain)! » animé par Joanne Vajda et Loïse Lenne, le vendredi 21 décembre 2018. Les étudiants ont présenté leur travail et ont échangé avec les lycéens autour des projets, des maquettes et des modes de représentation.

Journées Nationales de l’Architecture : visite du site par les étudiants de l'ENSA Paris-Malaquais.

Dans le cadre des Journées Nationales de l’Architecture, Laurence Veillet, architecte dplg, architecte d’intérieur dsaa Boulle, a invité ses étudiants de licence à participer au développement D3/5 : Lyc …

en savoir plus...

Dans le cadre des Journées Nationales de l’Architecture, Laurence Veillet, architecte dplg, architecte d’intérieur dsaa Boulle, a invité ses étudiants de licence à participer au développement D3/5 : Lycées franciliens, témoins d’histoire et outils pédagogiques. Ainsi le vendredi 19 octobre dernier, les étudiants inscrits à ce développement élaboré dans le cadre d’un partenariat avec la Région Ile de France et destiné à développer les qualités de communication et de médiation culturelle des étudiants en architecture, ont reçu les classes de lycéens avec lesquels ils vont interagir tout le semestre. Les lycéens étaient accompagnés de leurs enseignants, et il s’est agi là de la première interaction entre lycéens et étudiants. Après une visite historique du site des Beaux-Arts par Sophie Cottard, Ariela Katz et Laurence Veillet, enseignante responsable de ce développement, les étudiants ont présenté leur école en tant que lieu d’enseignement. Ils ont tant développé ses qualités spatiales, d’organisation, d’adaptation aux usages, qu’un regard critique sur les lieux. La visite retour, organisée par les lycéens pour les étudiants, se fera au cours de la première quinzaine de novembre, dans les différents lycées engagés dans ce projet d’interaction, avant de développer des projets spécifiques dans chaque établissement.

Parmi les encadrants de ces visites étaient aussi présents François Parain pour l’accompagnement institutionnel, en présence de Julie Corteville, Sophie de Moustier et Véronique Volpe, de la Région Ile-de-France, service de l’Inventaire.

Arpentopolis, une Maquette-outil pour une réflexion/discussion sur un vocabulaire archétypique des situations spatiales d'un parcours urbain.

le studio Arpentopolis de la première première année est encadré par les enseignants Jean Léonard, Jean-François Coulais, Yann Rocher, Ariane Wilson, Yves Bélorgey , Bertrand Lamarche, Christelle Lecoeur, …

en savoir plus...

le studio Arpentopolis de la première première année est encadré par les enseignants Jean Léonard, Jean-François Coulais, Yann Rocher, Ariane Wilson, Yves Bélorgey , Bertrand Lamarche, Christelle Lecoeur, Jean-Pierre Vallier, Dimitra Kanellopoulou.

Dimitra Kanellopoulou a conçu pour le studio de Projet P1 de premier semestre, Arpentopolis, une Maquette-outil pour une réflexion/discussion sur un vocabulaire archétypique des situations spatiales d’un parcours urbain. 

Sur la base d’une discussion autour d’un vocabulaire archétypique de situations spatiales dans un parcours urbain, un « jeu » interactif invite à une discussion/interrogation à partir de 7 scénarios de formation/déploiement/transformation d’une trajectoire piétonne : marcher, déviation, limites, assise, abris, seuil, traversée.

Objectifs de l’exercice : inviter les étudiants à participer activement à une réflexion commune sur des facteurs/éléments générant/infligeant/ modifiant  la trajectoire théorique du marcheur urbain. Ils y questionnent la place du corps et le rôle du mouvement dans la formation de certains rapports spatiaux observés dans des lieux publics.

Crédit photographique : Dimitra Kanellopoulou

Class Projects in English

IMAGINING A VISIT TO WAKANDA In a session of Professor Cherry’s English class this spring, L1, L2 and L3 students read a text from the New York Times, which was inspired by the movie “The Black Panther.” The text, …

en savoir plus...

IMAGINING A VISIT TO WAKANDA

In a session of Professor Cherry’s English class this spring, L1, L2 and L3 students read a text from the New York Times, which was inspired by the movie “The Black Panther.” The text, which was titled “What’s It Like to Visit Wakanda?” (April 3, 2018), was based on an inquiry conducted among Times’s readers (mainly urban planners and illustrators), asking them to “share their views of what Wakanda would look like if they could actually visit the country.” One reader imagined Wakanda as an amusement park with vibranium-powered roller coasters. Another reader suggested using hologram technology to allow visitors to play and cuddle cheetahs. Other ideas included a drive among wild rhinos, transportation via underground meglev trains, small neighborhoods of souks exhibiting colourful batik tunics, and outdoor performances in which tribes could celebrate their art and culture during a masquerade ceremony.

After reading the text, Mr. Cherry’s students were given 15 minutes to create illustrations giving life to readers’ ideas or presenting their own interpretation of a Wakanda amusement park, which they then presented to the class.

Selected drawings in the diaporama are by Alana Youn Walsh, Cecile Gaudard, Constance Dangy, Felix Meyer, Heliance Neron, Morgane, Lisa-Marine Régis.


Interesting cross-references: “Wakandan theorists à la bell hooks and Frantz Fanon”

Interesting secondary text: The Real-Life Possibilities of Black Panther‘s Wakanda, According to Urbanists and City Planners, (Architectural Digest) February 28, 2018, Text by Marc Malkin


 

GIVE INTO YOUR WANDERLUST

As part of an attempt to build bridges with other areas of study at Malaquais, English language students in Professor Cherry’s classes were invited to focus on selected works by Walter Benjamin and Rem Koolhaus (upon the recommendation of other faculty members). Topics addressed included iconic city grids, Rem Koolhaas’s comments on the culture of congestion within the metropolitan grid; the modern arcade, shopping malls and consumerism; and selected readings of Walter Benjamin–Paris Capital of the 19th Century.

One of the most interesting topics involved the following assignment “Give Into your Wanderlust”. In the example giving below, Lisa-Marine Régis visited a Paris arcade and shared her sentiments with the class as a modern-day flâneur, while reflecting on ideas evoked by Benjamin.

Visiting the Arcades by Lisa-Marine Régis

Illustrations for « Give into your Wanderlust »


Interesting cross-references: Germaine Krull’s photographs of W. Benjamin and others

Interesting secondary texts:

“Walter Benjamin on How to Stop Worrying and Love Late Capitalism,” Hyperallergic, Tim Keane, July 15, 2017

On Walter Benjamin, and the Arcades Project,”” City Metrics, The New Statesman, December 13, 2017, By Charlie Lawrence Jones


 

Année universitaire 2017-2018

en savoir plus...

Studio de projet P6 - groupe "Travelling Living Between" - Projet de Zoé Lefevre

Extrait du travail de Zoa Lefevre, étudiante en P6, dans le cadre du studio « Travelling Living Between » qui a reçu la mention très bien (A) à l’unanimité du jury. Encadrante studio de projet : Dimitra K …

en savoir plus...

Extrait du travail de Zoa Lefevre, étudiante en P6, dans le cadre du studio « Travelling Living Between » qui a reçu la mention très bien (A) à l’unanimité du jury.

Encadrante studio de projet : Dimitra Kanellopoulou. Encadrante Travaux Dirigés  : Boudon Fabienne


Projet Supersurface – Zoé Lefevre

Bordé par le Boulevard Périphérique, au bord du Canal Saint-Denis et ce sur une emprise RATP en frange de la ville, le projet Supersurface propose, au moyen d’un nouveau programme de logements collectifs, de reconfigurer les conditions d’accessibilité du site. La création d’un franchissement à l’échelle métropolitaine d’une part, l’infrastructure du Périphérique d’autre part, propose d’ interroger l’habitat collectif à travers la rencontre des échelles, des temporalités  et des lieux de vie. L’appropriation des logements par les étudiants est un thème central  du processus de conception du projet, qui dans le même temps vise à faire de ce bâtiment ‘panoramique’ un lieu de vie collective. La flexibilité du programme et l’adaptabilité de la structure à des interprétations programmatiques futures, sont rendues possibles au moyen d’une trame très permissive, dialoguant avec le paysage urbain et permettant une évolution typologique. Les logements sont pourvus de  grandes baies vitrées et de loggias périphériques : cette « double peau » apporte aux habitants un rapport privilégié avec l’extérieur, en créant un dispositif d’intimité et un regard différentiel sur la ville. Le projet Supersurface acquiert ainsi une identité forte grâce à ce dialogue nouvellement établi entre l’héritage industriel et les nouveaux besoins d’un territoire en pleine évolution.  Aussi devient-il, de cette manière un objet urbain singulier.

 

D3/D5 « Renouveler l’urbain : espaces, récits, actions, acteurs » - janvier 2018

Inauguration du jeu 
« CASE-TOI ! Les acteurs à la conquête du territoire… »

Enseignants: coordination Alice Sotgia avec François Bruneau et Flavia Pertuso Les étudiants du développement « Renouveler l’urbain : espaces, récits, actions, acteurs » (D3/5) vous invitent à l’inauguration d …

en savoir plus...

Inauguration du jeu 
« CASE-TOI ! Les acteurs à la conquête du territoire… »

Enseignants: coordination Alice Sotgia avec François Bruneau et Flavia Pertuso

Les étudiants du développement « Renouveler l’urbain : espaces, récits, actions, acteurs » (D3/5) vous invitent à l’inauguration de leur jeu : « CASE-TOI ! Les acteurs à la conquête du territoire… » autour de la transformation urbaine. Sur un site d’étude localisé au Nord de Paris, entre le 19e arrondissement et la Porte d’Aubervilliers, les étudiants ont réalisé une enquête de terrain. Celle-ci a été à la base du jeu, qui propose une analyse du processus de renouvellement en cours sur ce territoire.

Dans une première phase d’arpentage, les étudiants se questionnent sur les nouvelles transformation urbaine Nord Parisienne. Ils l’étudient par groupe à travers des cas d’études : ZAC Claude Bernard et Porte d’Aubervilliers, grandes infrastructures de transports, résidence Michelet. A travers chacune de ces situations se décline une forme de renouvellement urbain. Dès lors, des questions sont soulevées, le périphérique est il encore une barrière physique, une frontière ? A quoi donne lieu le travail collaboratif d’acteurs et architectes dans le contexte d’une ZAC ou d’un bâtiment tel que les entrepôts Macdonald ? Que se cache-il derrière des décisions de réaménagement telles que celles envisagées pour la résidence Michelet ?

Ce travail d’analyse, sert de matière première au jeu de décomposition urbaine imaginé par les étudiants. Il propose de rejouer l’aménagement de la ville
stratégiquement, en incarnant l’un de ses acteurs principaux.

Par Alapini Léa, Anyomi Lis Mabella, Boukhalfa Samir, Amar Carreras Clara , Chazoulle Victor, Cheremond Donna, Damiano Camille, de Michele Daniela, Eupherte Alizée, Fernandes David, Froger Walter, Heit Valentin, Firmin Joachim, Li Chengxin, Monceau Alexandre, Rajaonary Yann, Ramadan Loulwa, Sota Pich Hana, Tendron-Riveiro Karine, Thimonier Charlotte, coordonnées par Alice Sotgia avec François Bruneau et Flavia Pertuso.

P7/P9 - Studio de projet de Master - Le site des Beaux-Arts 1817-2017 

De l'opportunité d'une dynamique projectuelle

Le studio de projet de master (P7/P9) initié et coordonné par Christian Comiot travaille actuellement sur la dimension architecturale des mutations programmatiques attendues du site des Beaux-Arts. Enseignants: Auré …

en savoir plus...

De l'opportunité d'une dynamique projectuelle

Le studio de projet de master (P7/P9) initié et coordonné par Christian Comiot travaille actuellement sur la dimension architecturale des mutations programmatiques attendues du site des Beaux-Arts. Enseignants: Aurélien Davrius, Lucie Morand et Aurélie Eckenschwiller, avec la participation de Bérénice Gaussuin, Ariela Katz, Pascal Laurent et Michel Possompes.

P8 - Studio de projet de Master - Chine des Villages

Retour sur le travail mené en Chine entre février et juin 2017 dans le cadre du P8 coordonné par Bruno J. Hubert. Avec Lucie Morand, enseignante, Guillaume Coupez et Arthur Bel, jeunes architectes diplômés de l&rsq …

en savoir plus...

Retour sur le travail mené en Chine entre février et juin 2017 dans le cadre du P8 coordonné par Bruno J. Hubert. Avec Lucie Morand, enseignante, Guillaume Coupez et Arthur Bel, jeunes architectes diplômés de l’ENSA Paris-Malaquais.

Plus que jamais, l’architecte et l’étudiant en architecture doivent être aujourd’hui des observateurs attentifs des mutations de la planète. Les multiples villages des montagnes du Zhejiang ou du Fujian chinois peuvent-ils être le lieu d’un modèle alternatif au développement urbain chinois dont on mesure aujourd’hui les limites? En 2017, L’ENSA Paris Malaquais et la CAA de Hangzhou ont étudié un village du Nord du Fujian (Chine), Huangcun, entre rivière et montagnes et, à partir de ses ressources, en imaginent un futur.

P7/P9 - Studio de Master - Place des jeunes dans la ville

Séjour pédagogique à Lesconil

Le P7/P9 « Place des jeunes dans la ville » coordonné par Catherine Clarisse a mené une permanence architecturale dans le local du tri postal de la ville Lesconil, prêté par la municipalité, avec une présentati …

en savoir plus...

Séjour pédagogique à Lesconil

Le P7/P9 « Place des jeunes dans la ville » coordonné par Catherine Clarisse a mené une permanence architecturale dans le local du tri postal de la ville Lesconil, prêté par la municipalité, avec une présentation de maquettes commencées à l’école. Les étudiants ont mené des enquêtes sur le territoire, effectué des relevés du bâti existant et recueilli de nombreuses d’informations afin d’enrichir leurs travaux. Deux articles parus le lundi 6 novembre dans la presse locale sont à lire ci-dessous.

Retour sur le colloque de Cerisy : Villes et territoires résilients

Ce colloque s’est déroulé du 19 au 26 septembre 2017, sous la direction de Sabine Chardonnet-Darmaillacq (laboratoire ACS – UMR AUSser, labex Futurs Urbains), Éric Lesueur et Dinah Louda (Institut Veolia) …

en savoir plus...

Ce colloque s’est déroulé du 19 au 26 septembre 2017, sous la direction de Sabine Chardonnet-Darmaillacq (laboratoire ACS – UMR AUSser, labex Futurs Urbains), Éric Lesueur et Dinah Louda (Institut Veolia), Cécile Maisonneuve et Chloé Voisin-Bormuth (La Fabrique de la Cité).Colloque de Cerisy « Villes et territoires résilients »

 

Les attendus de ce colloque en résidence et long d’une semaine :

Confrontés à la mondialisation dont l’un des aspects majeurs est l’urbanisation, les villes et les territoires s’interrogent sur leurs capacités d’adaptation face aux mutations du monde contemporain. Comment concevoir la transformation des espaces urbains, des modes de vie, des capacités d’apprentissage, des formes de gouvernance assurant des équilibres soutenables et dynamiques? Pour aborder ces questions, la notion de résilience, utilisée dans différents domaines (biologie, psychologie ou cyndinique) et qui mobilise aujourd’hui des experts, chercheurs, citoyens et élus, paraît féconde. Il s’agit, face aux stress chroniques, aux vulnérabilités et aux crises aiguës qui surgissent de façon aléatoire, de développer à la fois une compréhension des complexités à l’œuvre et des capacités de rebond, d’organisation, d’adaptation, d’invention.

L’ambition de ce colloque, qui s’adressait à tous ceux que l’avenir des villes et territoires intéresse, était par le croisement de multiples regards, de dégager des pistes de réflexion et d’action susceptibles d’éclairer un concept trop souvent dévié, soit par un libéralisme opportuniste, soit par un effet de mode.

Les débats et retombées du colloque :

Dans une perspective pluridisciplinaire et internationale, ont été considérées plusieurs situations de chocs, de vulnérabilités ou de perturbations (changement climatique, défis du développement économique et social, risques et ruptures technologiques, paramètres démographiques ou migratoires, terrorisme, gestion des ressources). On a également  interrogé le lien entre bien-être urbain, solidarités et résilience au filtre  des rapports affectif, culturel et politique accordés aux lieux. La qualité humaine, la culture et la confiance, l’indépendance et l’interdépendance ont été abordées pour faire face à  la perte de centre de sa propre personne pour certaines populations, dans un milieu urbain ou un territoire en crise, ou face à une économie déshumanisée.

Pour ce qui est de l’analyse des enjeux de gouvernance et des rôles respectifs des politiques publiques, de la société civile et des individus dans une perspective d’intelligence collective, les débats restent ouverts, avec un horizon de réflexion sur les paradoxes liés aux enjeux de ces stratégies de résilience.

Nous avons constaté que la résilience restait encore une approche très centrée sur les économies et les cultures occidentales, qui manque dans les pays des suds.

Nous sommes tombés d’accord sur des contradictions inhérentes aux stratégies de résilience des villes et territoires :

– D’une part on constate l’impossibilité de mesurer la résilience et la limite de la planification du temps long en politique. L’installation d’un  processus de résilience est différente de son évaluation. Les questions de mémoire et de dissonance cognitive ont été discutées.

– D’autre part, si l’on vise un horizon  viable, la bonne saisie des échelles de temps et d’espaces est fondamentale. On peut alors considérer l’univers des possibles revu au filtre d’une approche fondamentale de la complexité avec le dialogue des disciplines.

Nous sortons de ce colloque, non pas pleins de convictions, mais conscients des controverses et des questions qui demeurent. Comment gérer les contradictions entre processus, systèmes complexes et responsabilités ? Si l’on considère que la résilience, post sidération, ne conduit pas à un retour à une situation antérieure mais à un changement, que serions-nous prêts à perdre, pour gagner quoi ? Qui énonce ces « nous » ?

L’angle territorial et urbain assumé de ce colloque nous a fait aborder la résilience selon une configuration d’espaces et de temps qui mène à un nouvel état, une force individuelle et collective, dans la perspective d’un milieu qui garde un potentiel de vie. Au fil de nos débats, s’est confirmée l’impossibilité d’une définition de la résilience. Constatant son internalité, nous en avons des représentations différentes. Cependant, sous l’angle de cette relation des hommes à un milieu, on pourrait la considérer comme une Force dynamique qui fait accepter le changement vers un nouvel équilibre. Il ne s’agirait pas de rupture mais d’un effort de chemin vers une sortie ; d’un processus et non pas d’une propriété qui tend, face à un risque ou une crise, à conjuguer le changement et la sécurité ; d’un engagement qui demande d’assumer la boucle des effets rétroactifs, la variation des pas de temps et l’ensemble des  échelles pour ne pas réserver la résilience à quelques uns.

Et pour certains, nous sommes déterminés par notre souhait de poursuivre un horizon d’action collective  pour un changement d’état dynamique, adhérant à l’idée que  recourir à la résilience dans l’intérêt général requiert de l’exigence et de la vigilance.

Une pause active

Pour une longue après-midi ensoleillée, le colloque s’est transporté en extérieur sur un site remarquable dont la résilience à long terme reste assujettie aux variations climatiques et à la montée du niveau de la mer ou à l’ensablement chronique. Comme une synthèse du colloque, proposant une configuration à la fois individuelle et de groupe, d’une humanité qui marche vers un lieu qui change, un lieu où la nature est en action et où l’on doit veiller à discerner jusqu’où l’on peut ou non aller.

Une diffusion ouverte du colloque, en attendant la publication des  actes

À l’initiative du CCIC et de l’Institut Veolia (co-directeur du colloque), nous avons réalisé, ces 23 et 24 septembre 2017, une captation vidéo de différentes interventions du colloque « Villes et territoires résilients ». Ces enregistrements sont maintenant en ligne et on peut y accéder librement à partir de ce premier lien.

http://www.colloque-tv.com/colloques/villes-et-territoires-resilients

D’autre part, deux conférences ont été mises en diffusion sur le site de France Culture : celles de Samuel Rufat présentée le 20 septembre et d’Eric Rigaud donnée le 25 septembre.

Samuel RUFAT: Résilience ou extinction… de la critique?

https://www.franceculture.fr/conferences/maison-de-la-recherche-en-sciences-humaines/resilience-ou-extinction-de-la-critique

Eric RIGAUD: La résilience à l’échelle sociotechnique.

https://www.franceculture.fr/conferences/maison-de-la-recherche-en-sciences-humaines/la-resilience-lechelle-sociotechnique

Pour en savoir plus sur le programme du colloque:

http://www.ccic-cerisy.asso.fr/territoiresresilients17.html

Malaquais à Cerisy

A l’occasion de deux directions de colloques à Cerisy, des circonstances propices pour articuler enseignement et recherche, m’ont permis de faire participer des étudiants à ces rencontres. Ainsi pour celui-ci, deux étudiants de Malaquais ont été invités à prendre part au Colloque : Laure Lepigeon diplômée en juin dernier et Romain Guillou entré en M1 cet automne. Extrêmement engagés et actifs, ils sont intervenus, aux côtés de deux doctorantes géographes de l’Ecole Normale Supérieure, Maya Cohen et Ariane Bachelet,  lors de la séance de synthèse, préparée au fil du colloque avec l’aide de Philiep Bossier, un universitaire francophone qui enseigne à Utrecht et en Belgique.

Laure a pu également exposer rapidement, lors de l’atelier de design thinking, son travail de PFE sur la « Régénérescence de Katmandou » après le récent séisme (soutenu en Juin 2017, co-direction Arnaud Bical et Sabine Chardonnet). Elle a noué des contacts avec divers intervenants.

Romain a réalisé des dizaines de dessins et une grande figure de synthèse qui ont été salués par l’ensemble de l’auditoire et seront publiés dans les actes.

Ces deux étudiants et deux de nos récentes diplômées de l’ ENSAPM ont contribué, par leur capacité à débattre et leur engagement, à une belle réputation de Malaquais. Lisa Poletti et Marguerite Wable venues comme auditrices ont, en effet, pu discuter avec plusieurs participants de leur travail de PFE : « L’inondation vertueuse – Le risque support du développement de l’écométropole Nantes – Saint-Nazaire » (soutenu en juin 2015, co-direction Sabine Chardonnet et Philippe Simon).

Dans cette articulation recherche / enseignement / pratique Cerisy est un lieu précieux d’ouverture et d’échange qui permet de sortir de l’entre-soi de certains colloques universitaires.

Photos de groupes 2017/18

en savoir plus...

D3/5 - « Renouveler l’urbain : espaces, récits, actions, acteurs »

Inauguration du jeu 
« CASE-TOI ! Les acteurs à la conquête du territoire… » autour de la transformation urbaine

en savoir plus...

Inauguration du jeu 
« CASE-TOI ! Les acteurs à la conquête du territoire… » autour de la transformation urbaine

P7/P9 - Studio de projet de master - Paris-Texas & retour

Des images du voyage à Houston

Le groupe de projet de P7/P9 Paris-Texas & retour (THP/Transitions), encadré par François Gruson, est bien arrivé début octobre à Houston, Texas, où ils ont été accueillis par le Professeur Ronnie Self et ses …

en savoir plus...

Des images du voyage à Houston

Le groupe de projet de P7/P9 Paris-Texas & retour (THP/Transitions), encadré par François Gruson, est bien arrivé début octobre à Houston, Texas, où ils ont été accueillis par le Professeur Ronnie Self et ses étudiants.

La matinée du lundi a été consacrée au lancement du studio et à la découverte du campus. L’après-midi a permis de découvrir Downtown – le centre historique et désormais centre d’affaires de Houston. Après une visite complète du site du Museum of Fine Arts (Ludwig Mies van der Rohe et Rafael Moneo) et du chantier de son extension (Steven Holl) mardi, la journée de mercredi a été consacrée à une découverte exhaustive de la ville en car, avec un long moment passé sur le campus muséal de la De Menil Foundation (Philip Johnson, Renzo Piano).

Jeudi et vendredi sont deux journées consacrées au travail de studio dans une salle aimablement mise à leur disposition par le Hines College of Architecture, University of Houston.

Le studio international se poursuit avec un weekend d’études et de découvertes à Dallas-Fort Worth où ils découvriront des oeuvres de Norman Foster, IM Pei, Philip Johnson, Paul Rudolph, Renzo Piano, Tom Mayne, Buckminster Fuller et le Kimbell Museum of Art de Louis Kahn. La semaine prochaine sera consacrée à la poursuite du travail de projet in situ et en studio.

Workshop Tourisme et Patrimoine

à Roquebrune Cap-Martin

Du 5 au 15 septembre 2017, l’ENSA Paris-Malaquais a organisé un workshop hors les murs à Roquebrune-Cap-Martin, sur le thème « Tourisme et patrimoine ». Le workshop a été précédé par un voyage d’ …

en savoir plus...

à Roquebrune Cap-Martin

Du 5 au 15 septembre 2017, l’ENSA Paris-Malaquais a organisé un workshop hors les murs à Roquebrune-Cap-Martin, sur le thème « Tourisme et patrimoine ». Le workshop a été précédé par un voyage d’études de quatre jours qui s’est déroulé entre Nice et Port-Grimaud.
Le workshop a fait partie d’une série de rencontres, alternant workshop et séminaires de recherche, organisée à l’intérieur du réseau « Designing Heritage Tourism landescapes » dont l’ENSA Paris-Malaquais fait partie depuis trois ans.

Une quarantaine d’étudiants provenant de neuf écoles différentes (Argentine, Espagne, France, Italie, Portugal) ont travaillé sur deux sites de la commune située autour de la gare de Roquebrune Cap-Martin et de la gare de Carnolès. Ces étudiants ont pu découvrir les trois architectures : la villa E.1027, l’unité de camping et le Cabanon construit par Eileen Gray – Jean Badovici et Le Corbusier, ouvertes désormais au public.
Neuf étudiants de l’ENSA Paris-Malaquais ont participé à ce workshop.

L’événement a été organisé avec la mairie de Roquebrune Cap-Martin, l’Association Eileen Gray.Étoile de mer.Le Corbusier, le Conservatoire du Littoral,  la CARF, de la FLC et l’association Cap Moderne.
Un jury composé de Marc Barani, architecte Grand Prix de l’Architecture 2013, Richard Ciocchetti, premier adjoint au maire de RCM, Jacques Sbriglio, architecte et urbaniste, Luc Liogier, directeur de l’ENSA Paris-Malaquais a évalué les projets et récompensé deux équipes.

La réflexion sur le thème proposé s’est enrichi, entre autres, des conférences de : Tim Benton professor Emeritus de Art History at the Open University, Jean Christophe Gay Université Nice-Côte d’Azur, Michel Richard Directeur de la FLC et de Luca Merlini et Soline Nivet enseignants à l’ENSA Paris-Malaquais.

L’équipe enseignante de l’ENSA Paris-Malaquais qui à organisé le workshop se compose de Maria Salerno, responsable, Rafaël Magrou, Orfina Fatigato et Lucie Morand.

2016/2017

en savoir plus...

VILLARD 18

Du 6 au 8 juillet 2017 a eu lieu à Piancenza la dernière étape de l’édition 2016-2017 du séminaire de projet itinérant VILLARD 18 sous la responsabilité de Maria Salerno (P7-P9) et Nicolas Gilsoul (P8), studio d …

en savoir plus...

Du 6 au 8 juillet 2017 a eu lieu à Piancenza la dernière étape de l’édition 2016-2017 du séminaire de projet itinérant VILLARD 18 sous la responsabilité de Maria Salerno (P7-P9) et Nicolas Gilsoul (P8), studio de projets inter departement (PASS-THP).
Une exposition des travaux a été présentée au  Palazzo Farnese à Piacenza et un colloque a eu lieu sur la « Régénération urbaine », thème de l’année.
Manon Lespagney et Théo Gueroux étudiants de l’ENSAPM ont participé en représentant les groupes qui ont participé au programme du P7/P9, (enseignants: Maria Salerno, Luca Merlini, Orfina Fatigato) et P8 (enseignants: Nicolas GIlsoul, Luca Merlini, Philippe Trétiak) .
A l’exposition ont été présenté les projet des groupes d’étudiants : Champagne, Gueroux, Lespagney; Grigorescu, Raymond; Laborde, Gueroux, Lesparney; Pras, Dinç, Joy; Rastegar, Guillemin; Vitale.
Le jury était composé de Carlo Moccia, Massimo Ferrari, Marcello Spigaroli, Alfonso Femia e Sergio Polano, enseignants e représentants locaux.
Le séminaire VILLARD 18 avait été accueilli dans notre école du 26 au 28 janvier 2017.

Cartographie globale

D8 - Développement de quatrième année - L'acoustique architecturale

Flow Box - La Gaîté lyrique

Dans le cadre d’un partenariat avec la Gaîté Lyrique pour le Festival Ateliers Partagés, les étudiant du D8 de Carlotta Daro « L’acoustique architecturale » (Développement de 4ème année) ont réali …

en savoir plus...

Flow Box - La Gaîté lyrique

Dans le cadre d’un partenariat avec la Gaîté Lyrique pour le Festival Ateliers Partagés, les étudiant du D8 de Carlotta Daro « L’acoustique architecturale » (Développement de 4ème année) ont réalisé l’installation « Flow Box » en collaboration ce semestre avec l’artiste Kerwin Rolland.

P4 - Studio de projet de deuxième année - Maisons remarquables

Une maquette réalisée par des étudiants de l'ENSA Paris-Malaquais au Pavillon de l'Arsenal !

Une maquette de la maison de Kiso, réalisée par des étudiants de l’école a été choisie pour être présentée au Pavillon de l’Arsenal dans le cadre de l’exposition « architectures japonaises …

en savoir plus...

Une maquette réalisée par des étudiants de l'ENSA Paris-Malaquais au Pavillon de l'Arsenal !

Une maquette de la maison de Kiso, réalisée par des étudiants de l’école a été choisie pour être présentée au Pavillon de l’Arsenal dans le cadre de l’exposition « architectures japonaises à Paris » (27 juin-31 octobre 2017).

Construite initialement en 1862 à Nagano, Japon, cette maison traditionnelle de l’ère dite de Meiji a été offerte en 1999 à la France à l’occasion du 150ème anniversaire des relations franco-japonaises, grâce au don de l’association présidée par Madame Jane Cobbi. Elle est actuellement visible au jardin d’acclimatation.

Cette maquette d’analyse de la maison de Kiso a été réalisée par Gauthier Gaillard, Nagy Makhlouf, Yong Won Jang, Pauline Pham Van, étudiants en L2/ P4 , dans le cadre du TD « maisons remarquables » sous la direction d’Eric Sfar architecte, enseignant responsable du TD P4 de Catherine Clarisse.

P5 - Studio de troisième année - Visions Périphériques

Publication "Les Grands Voisins"

Dans le cadre du studio de projet de P5 « Visions Périphériques » (L3), encadré par Thierry Mandoul, Anne Mie Depuytd et Maya Nemeta, les étudiants ont réalisé une publication intitulée « Les Grands Voisins …

en savoir plus...

Publication "Les Grands Voisins"

Dans le cadre du studio de projet de P5 « Visions Périphériques » (L3), encadré par Thierry Mandoul, Anne Mie Depuytd et Maya Nemeta, les étudiants ont réalisé une publication intitulée « Les Grands Voisins ». Elle présente le site du projet, l’ancien hôpital de Saint-Vincent-de-Paul, et les productions du semestre. Elle présente aussi des interventions qui ont eu lieu à l’ENSA Paris-Malaquais par les associations et organismes qui occupent aujourd’hui les Grands Voisins.

L’ouvrage peut être consulté en ligne en cliquant sur ce lien, ou à la bibliothèque de l’ENSA Paris-Malaquais.

Étudiants :
Evgenia AFANASYEVA, Louis ALLART, Guillaume BALDY, Agnès BANG,
Clément BILLARD, Justine DAVEINE, Tina EMAM, Céline EPSTEIN, Petru GANGURA,
Céline GOURVIL, Mathilde HENAUX, Gautier HENNETON, Hoyeon HWANG,
Taechaeon KIM, Arda KORAY, Guillaume LEMOINE, Mathilde LHOPITALIER,
Verena LOPES, Eléonore MARC, Pauline MARETTE, Pietro MARIAT, Laury-Anne NOLLET,
Maëlle PALUMBO, Marguerite RENAUDIN, Aymeric ROUOT, Augustin SAUZEY,
Vanessa SEAIBY, Paul-Louis SPIRAL, Xinyu YAN

Dans le cadre de notre enseignement de projet du cinquième semestre du cycle Licence intitulé :Visions périphériques, nous avons souhaité réfléchir à la
transformation de l’ancien site hospitalier Saint-Vincent-de-Paul dans le XIVème arrondissement de Paris. Depuis plusieurs mois une expérience
singulière s’y déroule, désignée par les « Grands Voisins ». Grâce à la présence d’associations et d’accords passés avec la Ville de Paris, certains exclus de la société ou ceux qui n’y trouvent que difficilement place : populations migrantes, jeunes générations, créateurs d’entreprises, artistes, etc., résident pour un temps dans ce lieu.
Une utopie se réalise au jour le jour. Ses occupants y expriment une grande créativité et une volonté d’engagement social et politique intense.
Que faut-il penser de ce type d’occupation éphémère? Comment cet urbanisme temporaire influencera-t-il la réflexion sur la ville de demain ? Quelles seront les conséquences de ces expériences sur le devenir du site ? Est-ce un avatar d’un re-développement économique du néo-libéralisme ? Ou bien est-ce une autre façon de concevoir la ville, de la rendre plus accueillante et plurielle, plus ouverte à de nouvelles pratiques et à la diversité des usages ?
En quoi ces occupations transitoires préfigurent-elles la mise en oeuvre d’un projet suscitant la participation des citoyens envers l’aménagement de leur cadre de vie ?

Développement - Actions artistiques, mouvements dessinés

Découvrez les photos du spectacle de fin d'année de l'École nationale des arts du cirque de Rosny

Suite au développement « Actions artistiques, mouvements dessinés » de Sandra Ancelot, artiste plasticienne performer et enseignante à l’ENSA Paris-Malaquais, en partenariat avec la chanteuse lyrique Anne-So …

en savoir plus...

Découvrez les photos du spectacle de fin d'année de l'École nationale des arts du cirque de Rosny

Suite au développement « Actions artistiques, mouvements dessinés » de Sandra Ancelot, artiste plasticienne performer et enseignante à l’ENSA Paris-Malaquais, en partenariat avec la chanteuse lyrique Anne-Sophie Rambaud et l’Ecole nationale des Arts du Cirque de Rosny, découvrez quelques images du spectacle « Paraitre ».

P8 - Studio de 4ème année -  L'Autre ville. Architectures à l'épreuve de l'a-métropole

Publication

Cet ouvrage rassemble les travaux des six groupes de projet du studio de P8 (M1) du département VAT « L’Autre ville. Architectures à l’épreuve de l’a-métropole », encadrés par Patrick Henry, ar …

en savoir plus...

Publication

Cet ouvrage rassemble les travaux des six groupes de projet du studio de P8 (M1) du département VAT « L’Autre ville. Architectures à l’épreuve de l’a-métropole », encadrés par Patrick Henry, architecte et urbaniste et Amélie Nicolas, sociologue, chercheur au laboratoire AAU_CRENAU, UMR 1563. La maquette graphique et suivi éditorial ont été réalisés par Matthias Rischewski (Les Designers Graphiques).

L’ouvrage peut être consulté à la bibliothèque de l’ENSA Paris-Malaquais.

Engager des étudiants de master d’architecture sur les territoires de la ville moyenne française, comme nous l’avons fait pour cette première édition du studio de projet l’Autre ville à Dieppe,  c’est avant tout interroger le rôle de l’architecte dans les contextes de la ville en déprise, marquée par un déclin démographique, la désindustrialisation, une désouvriérisation, l’évolution vers une société multi-ethnique, la précarité croissante, la crise de la relation aux institutions, une faiblesse ou une absence d’initiatives publiques, pour des raisons structurelles, budgétaires ou politiques, etc. 

C’est engager un nouveau regard et d’autres stratégies de projet que celles qui font les métropoles dites « gagnantes » aujourd’hui. Il faut un décentrement certain pour regarder, avec amitié, comme nous y engageait déjà Paola Vigano pour la ville diffuse ou la métropole horizontale, des territoires que l’on réprouverait a priori. Avec amitié, parce qu’ils sont prometteurs.

Notre équipe pédagogique, composée d’un architecte urbaniste (Patrick Henry) et d’une sociologue (Amélie Nicolas) s’est donné comme objectif de croiser, dans la pratique même du projet, où le dialogue entre les savoirs socio-politiques, anthropologiques, cartographiques, mêlé à des observation in situ, s’est articulé sur toutes les phases du projet. Ce dialogue, mis en œuvre dans le cadre de protocoles successifs (« observation troublée », recherches statistiques, cartographies dites « objectives », itinéraires, entretiens, …) nous ont permis de conduire les étudiants dans récits programmatiques et des récits de projet qui pourraient rappeler, comme le dit Lucien Kroll, « que l’architecture n’est pas un objet, mais qu’elle est un milieu » (Tout est paysage).

Le présent livre du projet rend ainsi compte des stratégies urbaines, paysagères ou architecturales de reconquête de l’ensemble du territoire d’étude ou d’une partie significative, que les étudiants ont conçus pour Dieppe. Il pose des questions particulières, à l’échelle de chaque proposition, individuelle et de groupe, mais aussi à l’échelle de tout le studio où, dans un sixième chapitre, nous revenons sur le sens d’une lecture de l’ensemble de ces propositions particulières qui finissent par constituer, si on les démultiplie, une stratégie urbaine et territoriale pour Dieppe. Cette stratégie s’attache à ne pas déclasser l’existant avec de nouvelles interventions. Elle interroge les outils classiques de l’urbanisme comme la ZAC, et pose la question, dans un contexte de crise, des méthodes traditionnelles de l’urbanisme et de la planification qui se révèlent très souvent inopérantes.

Retour sur le mois de mars 2017 en images

Le vernissage de l’exposition Résonances : Iannis Xenakis en présence de sa fille, Mâkhi Xenakis, la visite de la maison Louis Carré, les cabanes éphémères en carton réalisées par les étudiants de P2, l …

en savoir plus...

Le vernissage de l’exposition Résonances : Iannis Xenakis en présence de sa fille, Mâkhi Xenakis, la visite de la maison Louis Carré, les cabanes éphémères en carton réalisées par les étudiants de P2, la rencontre du nouveau directeur Luc Liogier avec la communauté de l’ENSA Paris-Malaquais, et la construction par un groupe d’étudiants de portiques en pierre de taille aux Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau.
Découvrez les photographies sur la page Facebook de l’ENSA Paris-Malaquais

H5 - Cours de troisième année - Machines à voir

Réécoutez l'hypogée des dunes

Récit architectural et sonore réalisé dans le cadre du H5 Machines à voir De l’esquisse à la réalisation, les étudiants ont élaboré de brefs récits sonores d’un lieu ou d’un paysage architectural, à par …

en savoir plus...

Réécoutez l'hypogée des dunes

Récit architectural et sonore réalisé dans le cadre du H5 Machines à voir

De l’esquisse à la réalisation, les étudiants ont élaboré de brefs récits sonores d’un lieu ou d’un paysage architectural, à partir d’archives et de banques de sons détournés de leurs usages…
Enseignants : Jérôme Poret et Bertrand Lamarche
► Disponible sur soundcloud

P7/P9 - Studio de projet de Master - La place des jeunes dans la ville

Exposition de projets pour le quartier de Claveau 

Le vendredi 17 février 2017 à 16h, au Centre d’animation de Bacalan, à Claveau : Exposition de projets pour le quartier de Claveau réalisés dans le cadre du P7/P9 sur la place des jeunes dans la ville et l …

en savoir plus...

Exposition de projets pour le quartier de Claveau 

Le vendredi 17 février 2017 à 16h, au Centre d’animation de Bacalan, à Claveau : Exposition de projets pour le quartier de Claveau réalisés dans le cadre du P7/P9 sur la place des jeunes dans la ville et l’architecture participative (AAP – Laboratoire du réel)

Enseignants : Catherine Clarisse et Nicole Concordet, architectes, avec les contribution de Benoit Vérant (ENSAPM/atelier fabrication) et de Mareka Rupeka (jury interne)

Participation :  habitants de Claveau, équipe du Centre d’animation, Bernard Blanc et l’équipe de la société Aquitanis, Arnaud Théval enseignant ENSAP Bordeaux et son groupe d’ étudiants

Liste des étudiants du P7/P9 : Ho Jun BAE, Joachim ESCUER JIMENEZ, Albane FOUCAULT, Lisa GIACCONE, Hyung Yoon KIM, Mathilde LAPRADE, Pauline LEROUX, Bénédicte LUBIN, Léa MAO, Jeanne RIVIERE, Marianne TAYLOR, Elodie TEIXERA

Le site de Claveau, au Nord de Bordeaux fait actuellement l’objet d’une rénovation menée par l’équipe de Nicole Concordet pour la société Aquitanis, office public de l’habitat de Bordeaux Métropole. Au cours du semestre, une semaine participative d’immersion sur le site de projet a permis la rencontre des habitants (photo) et de nombreux acteurs et habitants concernés par la rénovation du site. La permanence architecturale installée depuis plusieurs mois dans la <maison commune> sur le site a permis aux d’étudiants d’établir des relations avec les habitants qui ont porté les évolution de leurs projets. A l’intérieur du groupe d’étudiants, les méthodes de travail participatives ont généré un dialogue et une cohérence entre les différents projets qui forment une <œuvre commune>.

Développement - Portiques en pierre de taille

Grands Ateliers de l'Isle d'Abeau

Enseignant : Maurizio Brocato, Thierry Ciblac, Blerta Lipo Projet de réalisation de portiques en pierre de taille, à mi-chemin entre arche et poutre, conçu pour un diplôme de doctorat. Les structures seront ensuite t …

en savoir plus...

Grands Ateliers de l'Isle d'Abeau

Enseignant : Maurizio Brocato, Thierry Ciblac, Blerta Lipo

Projet de réalisation de portiques en pierre de taille, à mi-chemin entre arche et poutre, conçu pour un diplôme de doctorat.

Les structures seront ensuite transportées afin d’être exposées dans les ateliers de la société SNBR à Troyes.

L’atelier propose une expérimentation constructive autour des structures en pierre de taille. Les objectifs de l’étude sont :

1﴿ Comprendre le fonctionnement de ces structures, dont la morphologie, la technique de fabrication et la nature des pierres utilisées sont étroitement liées;

2﴿ Savoir définir les opérations de chantier les plus économiques et en savoir analyser la faisabilité à plus grande échelle ﴾l’expérimentation sera conduite à l’échelle 1/2﴿;

3﴿ Observer les effets du chargement et comprendre l’intérêt et les limites du modèle statique de ces structures en tant qu’outil de projet. Il faut noter qu’il existe un intérêt renouvelé vis‐à‐vis de ces structures grâce à leur qualité environnementale.

Les objets étudiés appartiennent à une typologie structurelle appelée « plates‐bandes à joints en X ». Cette typologie dérive d’un petit nombre de structures, datant du XIIe au XIVe siècle, et présentes en Hongrie, Roumanie et Italie. Les raisons de leur introduction font encore l’objet d’études historiques, mais nous souhaitons approfondir la question de leur fonctionnement mécanique. Il s’avère, et l’atelier pourra le démontrer, qu’elles jouissent d’une importante propriété en phase de montage, qui simplifie la réalisation par rapport à d’autres types de plates‐bandes. Cette propriété pourrait être très utile pour les applications dans le contexte d’une réintroduction de la pierre de taille parmi les matériaux de construction. Il est prévu de réaliser 3 plates‐bandes à joints X. Le travail consiste en la découpe des pièces et en leur assemblage. Des tests de déformation seront effectués sur les structures montées.

En collaboration avec le laboratoire GSA

Intensif - No Futur...Notre Futur ?

Février 2017

Enseignants : Giulia Zonca et Dorota Slazakowska “Cet intensif est fait par des (ex-) étudiants, pour des (futurs-ex) étudiants. La semaine est un aperçu d’expériences vécues, de partage et de réflexivité …

en savoir plus...

Février 2017

Enseignants : Giulia Zonca et Dorota Slazakowska

“Cet intensif est fait par des (ex-) étudiants, pour des (futurs-ex) étudiants. La semaine est un aperçu d’expériences vécues, de partage et de réflexivité, pour prévenir la période post-diplôme qui peut être compliquée, entre satisfaction personnelle et pression sociétale. Comment ? Par un tissage entre production commune et individuelle, en décortiquant le kaléidoscope des métiers de l’architecture aujourd’hui en pleine mutation, et en imaginant son futur soi. »

Actualités4

{{title}}

{{message}}

{{validate.label}}
{{cancel.label}}

{{title}}

{{message}}

Ete vous sure

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×