> Études > Projets de fin d'études > Libérés sans contrainte

Libérés sans contrainte

De la maison d’arrêt à la maison d’avenir

2020

Auteur(s)

Marie-Liesse Tardiveau

Enseignant(s)

Marco Assennato, Arnaud Bical

Département

AAP

L’architecture pénitentiaire, au-delà de ses cellules et de ses grilles, se définit spécialement, et pour la majorité, par son mur d’enceinte. Un détenu qui entre en prison le traverse, les voisins et passants le longent et le libéré le quitte. Il sépare l’espace, le temps et les corps. Il définit un intérieur et un extérieur. Le projet Libérés sans contraintes s’intéresse à la maison d’arrêt de Caen. Il questionne l’architecture pénitentiaire dans la ville, sa mémoire, sa place, et son avenir. Comment intervenir sur une architecture au lourd passé et à l’imaginaire riche ? Le projet se positionne comme alternative à la démolition complète d’un lieu. Il réside en un retournement complet de la figure massive de la maison d’arrêt par l’épaississement du mur qui, de minceur infranchissable, devient un contenant d’un programme urbain autour d’un intérieur qui rassemble. Ainsi, une stratégie de transformation architecturale et paysagère est mise en place, tout en maintenant une volonté de conserver une part de la mémoire du lieu. Le mur devient ainsi ville et vie.

version numérisée en ligne

-

Actualités1

{{title}}

{{message}}

{{validate.label}}
{{cancel.label}}

{{title}}

{{message}}

Ete vous sure

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×