> Études > Projets de fin d'études - Rubrique en chantier > Lenteur opératoire

Lenteur opératoire

Un outil de l’archaïsme pour l’architecture ?

2021

Auteur(s)

Aïda Filali-Ansary

Enseignant(s)

Bérénice Gaussuin, Georgi Stanishev

Département

THP

Nos perceptions des espaces ont été radicalement modifiées par la modernité. Le temps se compresse, les distances se contractent. La rapidité et l’accessibilité sont devenues les impératifs de la construction, entraînant une certaine homogénéisation des espaces et une perte de seuils. La mobilité en est démobilisée, transformée en simples déplacements.

Les architectes n’y sont pas indifférents, et éprouvent un besoin pressant de retour à l’archaïque. On observe une multiplication de monolithes, la promesse d’une exaltation des sens, des chantiers participatifs invitant à se reconnecter au geste archaïque du faire, etc. Comment définir ces archaïsmes qui semblent toujours se répéter dans la pratique de l’architecte ?

Ce projet de diplôme tente de répondre à l’automatisation des espaces – sans en être la simple opposition – par la recherche de nouveaux moyens de faire l’architecture. Le dessin par anticipation sera rejeté, pour favoriser une conception expérimentale, par incréments. Cette démarche se matérialise par la fabrication de multiples objets et maquettes en argile, dont sera constituée une auto-analyse d’ordre archéologique, à l’aide du concept de chaîne opératoire.

version numérisée consultable à la bibliothèque de l’école

Filali-Ansary_Aïda -

Actualités1

{{title}}

{{message}}

{{validate.label}}
{{cancel.label}}

{{title}}

{{message}}

Ete vous sure

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×